spot_imgspot_img

Gabon : RAO fait le bilan de l’enrôlement des électeurs à Lambaréné et envisage la victoire du PDG

Richard-Auguste-Onouviet-lors-de-linterview-465x190Dans le cadre des préparatifs des élections locales qui auront lieu au Gabon le 23 novembre 2013, le Ministère de l’Intérieur, en…

Libreville, Dimanche 6 Octobre 2013 (Infos Gabon) – Dans le cadre des préparatifs des élections locales qui auront lieu au Gabon le 23 novembre 2013, le Ministère de l’Intérieur, en charge des élections, a organisé du 30 juillet au 22 Septembre 2013 l’opération d’enrôlement des électeurs en vue de mettre en place un fichier électoral biométrique. Un moment intéressant où l’on a vu les administratifs et politiques sur le terrain pour sensibiliser les populations sur le bien fondé de cette opération. L’enrôlement fini, l’heure est maintenant au bilan et aux préparatifs des élections.

Richard Auguste Onouviet, Ancien Ministre, Député de la Commune de Lambaréné (Moyen-Ogooué), membre du bureau politique du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) et responsable politique du parti dans la Province du Moyen-Ogooué, dans une interview qu’il a accordée vendredi à la presse notamment à infosgabon.com, a dressé un bilan positif de l’opération d’enrôlement dans sa circonscription électorale et s’est dit serein pour affronter les prochaines échéances étant donné que les préparatifs vont bon train. Il envisage la victoire de son parti. Détails.

Question. Mr le Ministre, vous avez lancé dernièrement un message aux populations de Lambaréné, dans lequel vous les avez appelé à se faire enrôler massivement sur les listes électorales. Au terme de l’opération qui a durée 52 jours, quel bilan faites vous aujourd’hui ? Pensez-vous que votre message a été suivi ?

Richard Auguste Onouviet (RAO). Bien. Le message que j’ai lancé, qui a été aussi relayé par l’ensemble de la classe politique migovéenne a trouvé un écho favorable auprès des populations. D’un collège électoral d’un peu plus de 15 000 personnes en novembre et décembre 2011, date de la dernière élection notamment l’élection législative, les opérations d’enrôlement nous ont donné aujourd’hui, je vous le dit de tête, un collège électoral de plus de 16 800 personnes. C’est un accroissement important par rapport au dernier collège connu. Donc la population qui doit nous élire (les prochains conseils départementaux, le conseil municipal de Lambaréné) a augmenté. Cela prouve que l’opération d’enrôlement s’est bien déroulée et que les messages de différents responsables politiques ont été bien accueillis. Donc on peut le dire c’est un succès, l’opération d’enrôlement est un succès dans la commune de Lambaréné, je dirai même dans la Province du Moyen-Ogooué.

Question. Selon les dires de certaines personnes, l’engouement observé au cours de cette opération est dû au fait que l’Etat a mis en avant la constitution du fichier d’Etat civil biométrique et non pour les opérations de vote. Les citoyens n’auraient plus confiance aux acteurs politiques suite à plusieurs promesses non tenues ?

RAO. C’est un argument qui vaut ce qu’il faut mais moi je peux vous dire en tant qu’élu de la commune de Lambaréné que la première motivation des électeurs du Moyen-Ogooué a été les futures échéances électorales. Quand nous avons insisté sur le fait qu’il n’y avait pas que les élections législatives ou présidentielles mais les locales aussi, cela a emmené peut être un accroissement d’engouement. Et quant on a fait remarquer que l’opération d’enrôlement servira aussi à identifier les citoyens notamment sur le fichier national d’Etat civil cela peut avoir eu un effet multiplicateur. Mais il faut noter que quand j’ai organisé cette conférence de presse, l’enrôlement devrait déjà être à peu près de 13 000 personnes. Donc c’était déjà à un taux satisfaisant. Mais les deux motivations sont tout aussi importantes l’une que l’autre mais dire que la priorité dans la commune de Lambaréné était l’Etat civil, je dirais non. On peut plutôt dire que la volonté de pouvoir disposer de son droit de vote qui est difficile à déterminer a régné. Je crois que les populations sont motivées aussi bien pour exprimer leur droit de vote que pour figurer sur le fichier d’Etat civil national.

Question. Mr le ministre, l’opposition et certains partis de la majorité ont demandé la prolongation de l’opération d’enrôlement à la suite de plusieurs manquements étant donné que la loi autorise un report d’une durée ne devrant excéder 15 jours au-delà de 45. Le ministre de l’Intérieur a choisi le délai le plus court, soit une prorogation de 7 jours. Un petit commentaire ?

RAO. Je ne me suis pas penché sur le calcul du nombre de jours je fais confiance à Mr le ministre de l’Intérieur. Au niveau de ses responsabilités, j’ai du mal à croire qu’il soit passé par des chemins qui ne respectent pas la loi, j’ai vraiment du mal à penser cela. Maintenant que des acteurs politiques souhaitent avoir un délai supplémentaire parce que nous avons tous pris conscience maintenant, pour les uns dès le départ et pour les autres un peu plus tard que l’enrôlement, c’est quelque chose d’important. Bon, je comprends qu’à la fin certains acteurs puissent se rendre compte que dans la vie on ne peut pas faire tout ce qu’on peut faire mais la loi c’est la loi. S’il se trouve que le ministre de l’intérieur n’a pas pu respecter la loi, je souhaiterai bien qu’il sera rappelé à l’ordre par la gardienne de la loi qui est la cour constitutionnelle mais je serai étonné qu’il n’aie pas respecter la loi .

Question. Toujours dans le cadre de l’enrôlement des électeurs, on a énuméré un certain nombre de problèmes qui ont ralenti quand même le processus dès le départ sur le plan technique. Le ministre de l’intérieur l’avait reconnu tout de même. Est-ce que c’était aussi le cas dans la Commune de Lambaréné ?

RAO. On ne peut pas passer ce problème sous silence. J’ai eu le privilège de m’associer à cette demande adressée à Mr le Gouverneur de la province du Moyen Ogooué ; Nous avons été les deux premiers enrôlés dans la commune de Lambaréné. Je peux vous dire que pour chacun de nous ça été fais en 45 minutes. Bon, c’était les débuts il fallait s’adapter aux machines et les opérateurs ont dû reprendre à une ou deux reprises avant d’y arriver. Comme moi-même j’ai eu du mal à laisser mes empreintes notamment les empreintes de la main gauche, cela a pris une dizaine de minutes. Et cela a duré comme ça trois à quatre jours mais après, je me suis rendu compte, puisqu’il m’est arrivé d’accompagner des compatriotes, des membres de ma famille pour s’enrôler, là où moi j’avais mis 45 minutes, ils ont mis 10 minutes. C’est-à-dire qu’au fur et à mesure les opérateurs ont été bien rodés. Et c’est conscient de ce qu’il y a eu quelques petits problèmes la première semaine je crois, que le Gouvernement, dans sa sagesse, a prorogé de 7 jours les délais d’enrôlement.

Question. Mr le ministre, l’opération d’enrôlement est fini. On s’achemine petit à petit vers les élections, la CENAP a donné une date celle du 23 novembre 2013. Est-ce que vous au PDG à Lambaréné, avez-vous déjà commencé les préparatifs, notamment les primaires ?

RAO. Mais dans le Moyen Ogooué en général et dans la Commune de Lambaréné en particulier, parce que je suis élu de la commune de Lambaréné mais je suis responsable politique pour l’ensemble de la Province du Moyen Ogooué, nous sommes membres du Parti Démocratique Gabonais et le parti travaille avec méthode.Un calendrier d’abord nous a été fixé par la note d’orientation que le secrétariat exécutif de notre parti nous a fait connaître. Nous avons été réunis par notre secrétaire général pour le rendu de cette note d’orientation et pour avoir les consignes que nous devons appliquer pour nous mettre au travail. Ce calendrier était clair, au cours de la semaine qui est entrain de s’écouler nous devions nous rendre dans nos circonscriptions politiques pour participer à la confection d’une proposition de liste, siège par siège que ce soit au niveau des communes de Lambaréné et Ndjolé comme au niveau du département de la Banga Bigné et celui des Lacs. Donc nous travaillons selon un calendrier commun à l’ensemble du Parti Démocratique Gabonais à Lambaréné comme ailleurs dans la province du Moyen Ogooué nous sommes entrain de nous atteler à cette tache pour cette date butoir le 29 pour rendre nos différents rapports et nos propositions de liste pour ces échéances qui arrivent.

Question. Pensez-vous que tout se passe bien sachant que souvent y a eu des guéguerres entre vous ?

RAO. Non les élections ne sont pas une guéguerre, je crois que pour la presse il est évidemment croustillant qu’on apprenne que dans telle ou telle circonscription politique il y a eu une bagarre pour tel ou tel poste,ou il y a des calculs pour occuper demain tel ou tel poste politique, je peut vous dire qu’au niveau de la province du moyen Ogooué et dans la commune de Lambaréné, les choses se déroulent en toute sérénité, en toute harmonie, le discours qui a été tenu, le rappel qui a été fait est celui de ce que l’exercice auquel nous nous attelons est un exercice simple. Même si une élection à scrutin des listes est quelque chose de complexe, c’est en fait simple quand on tient compte d’un certain nombre de critères et notamment dans la province du Moyen-Ogooué c’est un exercice auquel nous sommes rompus, c’est-à-dire les équilibres sociologiques qu’il faut respecter. Et s’agissant des scrutins des listes dans une commune, veiller à ce que les quartiers soient respectés de manière juste et équitable. A partir du moment où vous mettez un accent sur ces critères tout va vraiment naturellement bien, en plus nous nous sommes mis d’accord sur le fait qu’il n’était pas concevable que sur une liste de 16 ou de 17 personnes qu’il y ait deux membres d’une même famille, qu’on aille chercher l’ami qu’on veut à tout prix placer dans la liste, non. Nous disons quand il y a un membre d’une famille connu pour ce qu’il peut apporter à la victoire du parti, parce que l’objectif c’est de gagner, ce membre là sera choisi de manière collégiale par toute l’assemblée qui doit voter, et quand il y a déjà une famille représentée, bien évidemment sauf si vraiment le deuxième membre de la famille est une sorte de locomotive de dinosaure connu dans l’ensemble de la ville, on peut exceptionnellement l’accepter. Mais sinon, il y a une règle d’équilibre simple à respecter, que nous avons respecté. Ce qui nous a permis de travailler en toute sérénité et d’aboutir aux propositions que nous allons transmettre au secrétariat exécutif de notre parti.

Question. Mr le ministre au regard de l’ensemble des hommes politiques de la province du Moyen-Ogooué notamment dans la commune de Lambaréné, en tant que l’une des figures de proue de cette province est ce qu’on peut dire aujourd’hui que le PDG est confiant d’aborder ces élections locales qui s’annoncent ?

RAO. Ce sera comme si nous partions à la bataille en ayant le sentiment de pouvoir perdre, non. Nous ne sommes pas défaitistes, et il n’y a aucune raison qu’on soit défaitistes. Nous partons conquérants tout en étant conscient de ce qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance. Nous avons de la considération pour nos adversaires que nous connaissons, nous savons que la bataille sera rude mais nous saurons convaincre, nous avons la volonté de convaincre les populations de Lambaréné de ce que le meilleur choix, c’est le choix du Parti Démocratique Gabonais avec ses hommes et ses femmes.

Question. Mr le ministre, avez-vous pensé aux femmes et aux jeunes, étant donné que le Président de la République, qui est aussi le président de votre parti, avait demandé lors de son adresse au Parlement réuni en congrès à l’assemblée nationale, de réserver 30 % des places aux jeunes et le même pourcentage aux femmes lors des prochaines élections locales ?

RAO. Vous savez, le responsable politique que je suis, responsable du Parti Démocratique Gabonais, fait sienne la formule que vous connaissez à savoir que la locomotive du PDG, ce se sont quant même les femmes. Elles sont au cœur de notre électorat donc bien évidemment, nous avons pensé aux femmes. Et tout les choix qui ont été faits, l’ont été avec les femmes. Les femmes capables de porter comme les hommes notre liste vers la victoire. Donc évidemment elles ont été choisies, les femmes n’ont pas été oubliées. Nous avons eu un peu plus de difficultés pour sélectionner des jeunes à mesure d’apporter un plus à la liste, mais dans le quota et d’ailleurs le distingué camarade, qui l’a indiqué au secrétariat exécutif, a été bien inspiré. La règle c’est qu’il y ait au moins 30 % de femmes et de jeunes dans les différentes listes. Je pense que nous rentrons dans ce quota.

Question. Avez-vous autre chose à ajouter ou un message avant de clore cette interview ?

RAO. Mais le message c’est que la bataille va être difficile. La ville de Lambaréné, ville arc-en-ciel amène beaucoup de convoitises. Elle est vraiment très courtisée, et c’est normal parce que c’est un vrai bijou. Je dirais même c’est une belle perle, c’est pas parce que je suis le député de cette ville que je le dis, mais c’est vrai quant même que c’est une belle perle. Nous sommes au centre du Gabon, tout le Gabon nous connais et nous regroupons en notre sein le Gabon en miniature. Donc c’est une belle perle et c’est un symbole d’union nationale. Et le Parti Démocratique Gabonais a dans son escarcelle la ville de Lambaréné. Bien évidemment la volonté c’est de garder dans l’escarcelle du PDG, la ville de Lambaréné, la ville symbole de Lambaréné. Et j’ai bon espoir, de la manière dont nous avons commencé à mettre en place nos stratégies, stratégies faites d’harmonie, stratégies faites de travail dans la sérénité, nous amènera à la victoire.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES