spot_imgspot_img

Un taximan agresse un passager pour 200 f à Libreville

TAXIS-8e9b9ca5Un conducteur de taxi bus en provenance du Carrefour Léon Mba a agressé un de ses passagers vendredi non loin de la station de Bessieux alors qu’il essayait de joindre le carrefour Derrière La Prison en passant par le Boulevard Triomphal. A l’origine, un malentendu qui aurait pu entraîner une bagarre généralisée.

La scène rappelle à quel point les conducteurs de transports en communs indépendants sont littéralement assoiffés d’argent et beaucoup trop ignorants des règles de bonne tenue en public.

Vendredi, un taxi-bus immatriculé 7703 G1V et dont le numéro de portière délivré par l’Hôtel de ville d’Owendo est le 1144 a embarqué au Carrefour Léon Mba des passagers pour le tronçon qui mène à Derrière-La-Prison via le Boulevard Triomphal. Seulement, le boy-chauffeur, quasiment absent pendant tout le temps de l’embarquement des passagers, n’a pas su faire entendre à tous que le véhicule ne passerait pas par Atong-Abé et Nkembo.

Tout est allé très vite. Le dernier passager, qui se rend alors à Atong-Abé, s’étonne de ce que le taxi-bus prend une autre direction. « Moi je vais à Atong-Abè », lance l’homme d’une soixantaine d’années, d’un air désolé. « Je m’en fous, moi je ne passe pas là bas. Il faut descendre et tu me paies 200 f » répond le conducteur, originaire d’une communauté ouest africaine. « Je ne paie pas 200 f », rétorque le client, estimant que la distance qui le sépare à ce moment là du point de départ est insignifiante.

C’est dans cette ambiance que le conducteur arrête son taxi tout juste après le tas d’immondices qui jouxte l’école Sainte-Anne et le domaine missionnaire. Il demande au client de descendre. Ce qu’il fait. Le taximan descend à son tour et le froisse. Le vieil homme tente de se défendre, mais le conducteur, plus jeune et dans une colère noir, lui prend son téléphone et se met à l’insulter de la façon la plus mal polie possible avant de lui lancer « fais ce que tu veux et je te frappe, moi je ne suis pas dedans ».

Cette réaction épidermique du jeune conducteur a alors le don de mettre en colère l’ensemble des passagers qui s’en prennent à lui. le vieil remonte dans le taxi pour réclamer son téléphone mais ce dernier s’entend dire que s’il ne donnae pas les 200 F cfa, il ne lui remettrait pas son téléphone qui vaut bien 200 fois plus.

Deux passagers sortent 200 f qu’ils remettent au taximan qui dépose enfin le client devant le séminaire Saint Augustin.

Le périple qui conduit à Derrière-La-Prison est alors parsemé de disputes et d’injures entre des passagers exaspérés et un conducteur et son boy-chauffeur revêtus de l’habit du mauvais garçon et prêts à en découdre. Une bagarre générale est d’ailleurs esquissée.

Ce malentendu révèle l’absence de dialogue qui existe entre les conducteurs de transports en commun et leurs clients mais aussi la quête excessive du gain qui entraine malheureusement la transgression des règles élémentaires des relations humaines.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES