spot_imgspot_img

La recherche scientifique de France s’accorde avec celle du Gabon

cooperation-nord-sud1En collaboration depuis de nombreuses années, les centres de recherche scientifiques du Gabon et de la France n’avaient pas encore eu à signer un accord de partenariat officiel les unissant et confrontant leurs différentes expertises. Depuis le samedi 19 octobre, c’est chose faite : le CNRS (France) et le Cenarest (Gabon) ont signé un accord de partenariat.

Fondé en 1939, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est un organisme français présenté comme un établissement public à caractère scientifique et technologique, consacré à la recherche. Depuis sa création, l’organisme placé sous la tutelle du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, entretient des rapports de partenariat avec de nombreux autres centres de recherche à travers le monde, avec des représentations permanentes dans 11 villes étrangères, à l’instar de Tokyo, Washington ou New Delhi. Mais bien que comptant à ce jour plus de 50 accords de coopération avec une quarantaine de pays, le CNRS ne travaillait avec le Gabon, par l’entremise du Centre national de recherche scientifique et technologique (Cenarest), que sur la base de la collaboration. Grâce à la récente signature officielle d’un accord de partenariat entre les deux organismes, il est fort à parier que les chercheurs Gabonais, en particulier, y gagneront en matériaux et en expertise.

Pour la représentante du président du CNRS (France), Stéphanie Thiébault, et le commissaire général du Cenarest (Gabon), le Pr Daniel Franck Idiata, l’accord de partenariat noué entre les deux institutions de recherche scientifique engage les parties à travailler «mutuellement pour une co-construction dans les domaines de la recherche scientifique d’intérêts communs, de façon à faire progresser des fronts de connaissance pour une recherche excellente.»

En effet, avec près de 34.000 personnes dont 25.300 statuaires, soit 11.3000 chercheurs et 14.000 ingénieurs, techniciens et administratifs, le CNRS espère faire don de son expertise dans des domaines diverses et bénéficier en retour de l’expertise du Cenarest sur le plan local. L’accord, pour le Pr Idiata, arrive à point nommé. L’institution dont il a la charge préconisait de s’ouvrir davantage au monde. L’accord passé avec le CNRS français augure d’une meilleure relation entre les deux organismes qui collaboraient déjà depuis quelques années.

La représentante du CNRS, en présence du conseiller régional Forêt-Environnement de l’ambassade de France au Gabon, Michel Pré, a dit compter dans les années voire les mois à venir sur un «partage de résultats dans les différents domaines de la recherche scientifique», tout en accompagnant les chercheurs Gabonais dans des domaines inexplorés. Ceci, en particulier dans le domaine de l’écologie et celui de l’environnement. L’accord a été conçu avec la devise «Dépasser les frontières».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES