Mborantsuo cédera-t-elle au report des élections ?

Marie-Madeleine-Mborantsuo-Présidente-de-la-Cour-constitutionnelle-333x190Face aux nombreuses propositions de report des élections locales à venir, qualifiées de test d’évaluation du système biométrique en cours au Gabon, Marie Madeleine Mborantsuo, la présidente de la Cour constitutionnelle, reviendra-t-elle sur sa parole ? Elle avait en effet soutenu qu’au moment des élections locales, elle n’acceptera pas qu’on la saisisse pour lui soumettre un «cas de force majeure».

L’idée du report des prochaines élections des membres des Conseils départementaux, municipaux et d’arrondissements urbains, prévues pour le 23 novembre prochain n’est plus un simple caprice de l’opposition gabonaise, ainsi qu’on l’a qualifié il y a quelques mois. Elle est devenue une évidence partagée de tous, même par la formation politique au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG), qui ne trouve, à l’heure actuelle, aucune autre solution face au retard de clôture et de transmission de la liste électorale biométrique pour affichage 30 jours avant la tenue du scrutin, conformément aux dispositions de l’article 47 de la loi 7/96 modifiée, relative aux élections politiques.

Les cas de force majeure attendu par la Cour constitutionnelle avant le premier report, le 29 avril dernier à l’issue des audiences avec les partis politiques des deux bords et la série d’audition relative à l’organisation des élections, semble se dessiner et se préciser. A moins que pour Marie Madeleine Mborantsuo et ses juges, l’indication qui stipule que «la liste électorale définitive devrait avoir été close et transmise pour affichage 30 jours avant la tenue du scrutin», tel que le préconise l’article 47 de la loi 7/96 modifiée relative aux élections politiques, ne soit qu’un détail.

Outre le délai d’affichage qui est actuellement de 25 jours avant le scrutin, plusieurs autres arguments soulevés par les partis et groupements de partis politiques, hormis le PDG qui n’a pas encore ouvertement manifesté son souhait de voir les prochains challenges électoraux reportés, devraient faire l’affaire. Notamment, la non-prise en compte de la codification, de l’authentification de l’électeur et du paramétrage de l’ensemble des données collectées lors de l’enrôlement, l’existence de plus de 20 000 doublons imputés aux transferts des électeurs entre la capitale et les autres villes du pays.

L’on se souvient encore des voix de l’Union des forces de l’alternance (UFA) et de l’Union du peuple gabonais (UPG) qui ont jugé «le délai jugé très court, accordé Gemalto», mais aussi de celle de l’Union nationale, parti de l’opposition dissout par le ministère de l’Intérieur, qui s’était exprimé sur la décision de la Cour constitutionnelle de reporter au 23 novembre 2013 les élections locales qui auraient dû se tenir le 5 avril dernier. Les responsables de cette formation politique passée dans la semi-clandestinité estimaient que «la fixation de la date du 23 novembre 2013 pour l’organisation des élections locales est arbitraire car elle ne tient aucun compte du délai de mise en œuvre de la biométrie fixé par l’opérateur privé choisi par les autorités en place, ni du délai des audiences foraines retenu lors des dernières rencontres politiques».

La balle serait actuellement dans le camp de la haute juridiction qui devra décider soit de poursuivre le processus malgré les manquements exposés par différents acteurs politiques ou d’arrêter la machine électorale pour mieux organiser ces élections qui mettront en évidence le vrai rapport de forces dans le paysage politique gabonais. Au regard de l’inaction du gouvernement face à cette situation, on est bien pressé de savoir ce que décidera la Cour constitutionnelle, gardienne de la Constitution et de la régulation du fonctionnement des institutions.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Conseil interministériel : Neuf projets de textes législatifs et règlementaires examinés

L’équipe conduite par Julien Nkoghe Bekale a mis à profit la célébration de l’Ascension pour passer au crible plusieurs projets de textes législatifs et...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...