commercants tchibangaTous les espaces commerciaux sont pris d’assaut et les clients se bousculent dans les magasins de la capitale économique et marchés (Port – Gentil) pour s’approvisionner en denrées alimentaires et autres boissons à quelques heures du nouvel an.

Étales et rayons des commerces se vident au fur et à mesure que l’on s’achemine vers la fin de 2013. Bousculades dans les magasins et marchés, tout le monde veut faire des emplettes pour célébrer dans l’allégresse l’arrivée de 2014 à Port-Gentil à l’instar du reste pays.

En cette période de fin d’année, les foyers sont en mouvement. Chacun veut se sacrifier pour satisfaire la famille et crier ‘’bonne année’’.

« Ma femme et moi avons tourné, les prix ont augmenté, surtout pour la nourriture », constate Bonjean ; avant de préciser que la baguette de manioc se négocie entre 700 frs cfa et 900F CFA.

En circulant dans la ville, des femmes s’improvisent coiffeuses pour se faire du fric. La vie devient, davantage chère, tandis que le pouvoir d’achat du portgentillais moyen donne grise mine. Au-delà de tout, les gabonais s’efforcent à passer une belle fête.

Les préparatifs des festivités du nouvel an demeurent des moments durant lesquels les opérateurs économiques se frottent les mains. Tout se passe au plus grand bonheur des commerçants, les affaires sont florissantes.

« J’aimerais que tous les jours soient pareils », souhaite, Reine, commerçante au Grand village.

Certains produits de consommation courante se font déjà rares : poisson, poulet, lait, sucre par exemple, conséquence les vendeurs les plus véreux ont retouché leurs prix. Parfois la fièvre de la fête fait oublier les lendemains, qui sont très difficiles.

« Souvent le mois de janvier n’est pas loin de la misère financière », Igor Onanga, un confrère. Plusieurs habitants se laissent aller à l’occasion des cérémonies de fin d’année, ils ont, peut-être, une courte vue d’esprit. Il serait mieux de ne pas tout satisfaire le jour de la venue de la nouvelle année. L’heure des commerçants a sonné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here