spot_imgspot_img

31ième colloque de l’UFOHJA : l’œuvre de Me Eliane Oberdeno Ontala-Léwori

31ieme-colloque-de-lufohja-loeuvre-de-me-eliane-oberdeno-ontala-leworiC’est ce jeudi que débute à Libreville le 31ième colloque de l’Unité de Formation des Huissiers de Justice Africains (UFOHJA), organisé par l’Union Internationale de Huissiers de Justice (UIHJ), l’Ecole Nationale de Procédure de Paris et la Chambre Nationale des Huissiers de Justice du Gabon (CNHJG) dont la présidente est Me Eliane Oberdeno Ontala-Léwori. Un pari pour cet huissier de justice qui milite depuis plusieurs années déjà pour que ses collègues gabonais soient au niveau des huissiers de justice de l’espace OHADA, notamment.

Le colloque qui aura lieu les 20 et 21 février prochains va réunir les huissiers de justice d’une dizaine de pays de l’espace OHADA autour du thème « l’huissier de justice dans le droit de l’exécution ». Les deux jours de travaux vont permettre aux experts gabonais, africains et occidentaux d’aborder, avec les huissiers de justice présents et avec d’autres praticiens du droit, les questions de « conditions de mise en œuvre de l’exécution », de « garanties préalables à l’exécution » et d’ « empêchements à l’exécution ».

Il faut rappeler que l’UFOHJA a été précisément mis en place pour assurer la formation continue des huissiers de justice africains, de leurs personnels et stagiaires. Le colloque de Libreville n’est donc qu’une nouvelle étape, mais une étape importante dans le renforcement des capacités des huissiers de justice africains qui aspirent légitimement à être des partenaires privilégiés, au même titre que d’autres praticiens du droit, des gouvernements dans la mise en place et/ou le maintien de l’Etat de droit.

Bien que ce colloque soit d’abord destiné aux huissiers de justice, Me Eliane Oberdeno Ontala-Lewori, présidente de la CNHJG, invite les autres professionnels du droit à y participer. « Je souhaite que ceux qui travaillent au quotidien avec les huissiers de justice soient présents à ce rendez-vous », a-t-elle lancé. En effet, comment imaginer le travail de l’avocat ou du juge aujourd’hui sans la contribution de l’huissier de justice ? Dans un premier temps, Me Eliane Oberdeno Ontala-Lewori rappelle donc que l’huissier de justice a sa place dans l’application du droit dans toute sa rigueur et que, dans un deuxième temps, l’huissier de justice gabonais doit être au niveau des meilleurs huissiers de justice de l’espace OHADA et même de l’huissier de justice qui exerce en Europe ou en Amérique puisque la mondialisation impose d’être compétitif en tout lieu et en tout temps. Les travaux de ce 31ième colloque de l’UFOHJA débutent ce jeudi au Palais du Sénat avec une cérémonie qui verra les interventions du Garde des Sceaux, Séraphin Moundounga, du président de l’UIHJ, Léo Netten, et de la présidente de la CNHJG, Me Eliane Oberdeno Ontala-Léwori.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES