spot_imgspot_img

Fer de Belinga : Sundance Resources veut y croire

Belinga1Alors qu’en décembre dernier l’État gabonais avait décidé de reprendre définitivement la Compagnie minière de Belinga (Comibel), détenue par des sociétés chinoises, ces derniers temps de nombreuses entreprises d’exploitation minière se bousculent pour que leur soit attribué ce marché d’envergure internationale. Au nombre de celles-ci, la junior australienne Sundance Resources qui veut croire en ses chances.

Alors que l’État gabonais, au mois de décembre dernier, avait décidé de reprendre 75% des parts de la Compagnie minière de Belinga (Comibel) détenues par les sociétés chinoises China Machinery Engineering Corporation (CMEC) et Pangang Group, le gisement dont le pays, par l’entremise du ministère des Mines, a récemment fait la promotion en Afrique du sud lors de la conférence Mining Indaba, suscite l’intérêt de plusieurs sociétés internationales. Parmi celles-ci, se situe en bonne place la junior australienne Sundance Resources dont l’hebdomadaire Jeune Afrique a dévoilé, le week-end écoulé l’intérêt pour ce gisement d’envergure mondiale.

En effet, l’exploitant australien, déjà présent dans la sous-région, notamment dans le projet congolo-camerounais de Mbalam-Nabela à 80 kilomètres du gisement de Belinga, dans l’Ogooué-Ivindo, espère bénéficier de l’Etat gabonais l’autorisation de faire redémarrer les travaux d’exploitation de ce chantier à l’arrêt depuis six ans déjà.

Si les deux exploitants chinois avaient, dit-on, promis en 2007 d’investir près de 2,5 milliards d’euros, soit 1 600 milliards de francs CFA dans la construction de 560 km de chemin de fer entre Booué et le lieu d’exploitation ainsi que d’un port en eau profonde destiné à l’évacuation du minerai au cap Santa-Clara, Sundance Resources croit en ses chances, en raison de la proximité de Belinga avec son projet au Congo, et du fait que le groupe minier s’est parfaitement installé dans la région depuis quelques temps.

«Notre future mine congolaise de Nabeba est à seulement 80 km de Belinga. Quand nous aurons construit la voie ferrée [nécessaire au transport du minerai], il serait logique que le fer de Belinga transite par nos infrastructures, passant par le Cameroun jusqu’au port de Lolabé», a récemment confié Giulio Casello, le directeur général de Sundance Resources comme pour minimiser une concurrence amenée par des géants du secteur tels que le brésilien Vale et l’anglo-australien BHP Billiton que l’on dit intéressés par ce gisement dont aux réserves estimées à plus d’un milliard de tonnes.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES