pib-une-croissance-estimee-a-51Alors qu’est fustigé le phénomène du repli identitaire qui semblait avoir atteint un paroxysme avec les évènements de la dernière échéance présidentielle en 2009, voilà que le débat revient avec force sur la place publique.

L’hebdomadaire gabonais Le Soleil n’a pas hésité à faire état de la situation en faisant remarquer le comportement ethnocentrique de nos responsables politiques dans les nominations qu’ils adoptent au sein de leur tutelle. Il rappelle que le quotidien L’Union, plutôt, avait cité Rose Francine Rogombé (Président du Sénat) et Guy Zouba Ndama (Président de l’Assemblée Nationale) comme promoteurs de ces « nominations villages » afin d’attirer l’attention de l’Exécutif dont le projet politique ‘’Gabon Emergent’’ ne devrait cadrer avec ce genre de pratiques.

Cependant, l’alarme sonne à nouveau au vu des nominations lors des derniers conseils. Selon le confrère, tout part de la Magistrature avec le Premier Ministre jusqu’aux ministres qui en suivent l’exemple. Luc Oyoubi, actuel Ministre de l’Agriculture serait « la palme d’or », ne nommant, quasi-totalement, à son cabinet que des gabonais de sa province d’origine.

Quoiqu’heureusement des exceptions apparaissent, à l’instar des Ministres de la Justice Séraphin Moudounga, de la Prévoyance sociale et de la Solidarité nationale Brigitte Anguilet Mba qui n’ont point suivis cette voie, il est inconcevable que ces nominations « identitaires », passant par le sécrétariat général du gouvernement, perdurent dans une nation qui cherche à atteindre un objectif commun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here