Nouvelles menaces pour Jonas Moulenda ?

jonas-moulenda-gabonAffirmant être «recherché par les Services spéciaux» suite à sa lettre ouverte au président de la Cour constitutionnelle, le directeur de rédaction et rédacteur en chef de l’hebdomadaire «Faits Divers», dit craindre pour sa vie.

Si Désiré Ename de l’hebdomadaire Echos du Nord et Jean de Dieu Ntoutoume-Eyi d’Ezombolo ne parlent plus des menaces d’assassinat qui pèseraient sur eux, il n’en va de même pour Jonas Moulenda. Le directeur de rédaction et rédacteur en chef de l’hebdomadaire Faits Divers affirme une nouvelle fois craindre pour sa vie.

A travers des messages sur son compte Facebook, le grand-reporter a diffusé une «alerte» dans laquelle il déclare être recherché par «les Services spéciaux» qui, écrit-il, «projetteraient de perquisitionner (son) domicile dans les heures ou jours à venir». Une initiative qui aurait été prise au terme d’«une réunion présidée par le directeur général des Services spéciaux» le 15 juillet dernier et que le journaliste assimile à «un conseil de guerre contre (sa) personne».

Concrètement, Jonas Moulenda se dit désormais «filé», en raison de la publication de sa «Lettre au président de la Cour constitutionnelle», parue dans les colonnes d’Echos du Nord (n°241), le 14 juillet dernier. «Les serviteurs du régime en place ne comprennent pas que je détienne autant d’informations alors que je ne suis pas dans les arcanes du pouvoir», lance-t-il, comme pour railler ceux qu’il accuse d’en vouloir à sa «liberté de ton».

Pourtant, si face à cette supposée nouvelle menace le journaliste dit refuser de se taire, il a d’ores et déjà promis de «saisir dans les prochaines heures les missions diplomatiques accréditées dans notre pays, (…) sur les nouvelles menaces qui pèsent sur (sa) personne». Aussi, a-t-il annoncé qu’il fera intervenir l’Union européenne, les Nations unies, Reporters Sans Frontières et tous les organismes de défense des droits de l’Homme.

Le 9 février 2014, au terme de la dernière séance consacrée au traitement des contentieux électoraux de décembre dernier, Jonas Moulenda a été condamné à 6 ans d’inéligibilité par la Cour constitutionnelle. Il était alors reproché d’avoir adressé un courrier, conduit sous forme d’interpellation, à l’endroit de la Cour constitutionnelle, notamment au président de la haute juridiction, Marie-Madeleine Mborantsuo. Un outrage à la Cour, avait estimé la personnalité visée.

Disant être devenu «ipso facto l’homme à abattre», il affirme que son alerte vise à «mobiliser» les Gabonais contre «tous les plans machiavéliques mijotés actuellement (…) par le pouvoir en place». A cet effet, écrit-il, «si un leader d’opinion est assassiné – comme Joseph Redjambé et Martine Oulabou – que les Gabonais le vengent par tous les moyens possibles.» Et d’ajouter : «Ce pays appartient à tous les Gabonais et il ne saurait être question de laisser un groupuscule d’individus mus par des intérêts égoïstes dicter sa loi au plus grand nombre». Affaire à suivre…

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Electricité «cadeau» : Ali Bongo a-t-il donné l’ordre d’exclure des milliers de Gabonais ?

De milliers de Gabonais ont eu le malheur de constater qu’ils ne sont plus éligibles à la mesure de gratuité de l’électricité. Naturellement, les...

Comment Libreville veut sortir de sa dépendance au pétrole

En signant avec Apollo Minerals et Trek Metals pour la prospection de zinc et de plomb, le Gabon cherche à renforcer son secteur minier,...

Gratuité d’eau et électricité : Exclusivement réservée aux GEF

La seconde phase de l’opération de gratuité des consommations d’eau et d’électricité lancée le 25 mai, ne concerne que des personnes économiquement faibles, classées...

Gabon-UE : un accord de pêche en gestation

Le Gabon et l'Union européenne (UE) ont repris les discussions, en dépit des affres du Covid-19. Les deux parties peaufinent en ce moment un...

Relance de l’économie : les propositions de la CPG

Avec la persistance de la pandémie du Covid-19, les économies du monde accusent une fébrilité sans précédent, depuis la grande crise de 1929. Le Gabon,...

Heurts : la police arrête et libère des syndicalistes pour non-respect des gestes barrières

Suite à la violation de la disposition interdisant les regroupements de plus de 10 personnes par des partenaires sociaux hier devant le ministère de...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : déjà 15 morts au Gabon

Le Gabon a enregistré vendredi 29 mai 2020 son 15ème décès lié au Coronavirus, a annoncé le porte-parole du Comité de pilotage de la...

Electricité «cadeau» : Ali Bongo a-t-il donné l’ordre d’exclure des milliers de Gabonais ?

De milliers de Gabonais ont eu le malheur de constater qu’ils ne sont plus éligibles à la mesure de gratuité de l’électricité. Naturellement, les...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Comment Libreville veut sortir de sa dépendance au pétrole

En signant avec Apollo Minerals et Trek Metals pour la prospection de zinc et de plomb, le Gabon cherche à renforcer son secteur minier,...

Gratuité d’eau et électricité : Exclusivement réservée aux GEF

La seconde phase de l’opération de gratuité des consommations d’eau et d’électricité lancée le 25 mai, ne concerne que des personnes économiquement faibles, classées...