Les logements sociaux d’Akanda. © Facebook.com/alibongoondimba
Les logements sociaux d’Akanda. © Facebook.com/alibongoondimba
La Société nationale de logements sociaux (SLNS) a tenu son 2e conseil d’administration, le 24 octobre à Libreville, axé sur l’adoption du budget de l’exercice 2015.

10 mois après le 1er conseil d’administration, tenu en janvier dernier, les administrateurs de la Société nationale de logements sociaux (SLNS) se sont à nouveau réunis le 24 octobre dernier à Libreville. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour, notamment la clôture des comptes 2013 et l’adoption du budget de l’exercice 2015. En marge de cette rencontre, 2 autres réunions se sont tenues. D’abord, l’assemblée générale extraordinaire qui visait à approuver les comptes 2013. Ensuite, l’assemblée générale ayant permis de modifier la désignation sociale de la société de construction et de gestion des logements sociaux au Gabon.

Le président du conseil d’administration a rappelé que «cette entité a été créée en avril 2013 en tant que Société nationale de gestion et de construction de logements sociaux (SNGCLS). La nouvelle appellation, Société nationale de logements sociaux, plus facile à prononcer et à retenir apparaît également plus accrocheuse». Aloïse Ntoutoume Bekale a également profité de cette occasion pour lever tout quiproquo autour des prix d’acquisition des parcelles viabilisées et des logements.

En effet, d’aucuns se plaignent de la «cherté» des produits proposés par la SLNS, allant de 23 à 42 millions de francs pour les logements tandis que le prix des parcelles est fixé à 8,5 millions de francs. Or, selon le PCA de la SNLS, ce premier programme de mise en vente de logements et de parcelles viabilisées, dénommé «Clos des coquillage», «est destiné aux Gabonais à revenus modestes éligibles au crédit bancaire». Consciente de la forte proportion de la population ne répondant pas à cet impératif, la SNLS «ambitionne de lancer dans les tout prochains jours son deuxième programme accessible au plus grand nombre en location vente et simple, sans souscription à un crédit bancaire».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here