Choisi hier par l'armée pour diriger la transition, le lieutenant-colonel Zida était la cible des manifestants dimanche. © MaxPPP
Choisi hier par l’armée pour diriger la transition, le lieutenant-colonel Zida était la cible des manifestants dimanche. © MaxPPP

Après la télévision publique, l’armée burkinabè a pris le contrôle dimanche de la place de la Nation à Ouagadougou, évacuant les centaines de manifestants qui s’y étaient regroupés précédemment. Le nouveau président a brièvement rencontré l’opposition dans la soirée.

L’accalmie n’aura été que de courte durée pour le Burkina Faso. Face à l’appel des partis d’opposition à la mobilisation contre l’armée, celle-ci a répondu par la force. Des soldats ont pris d’assaut ce dimanche la place de la Nation, place centrale de la capitale et haut-lieu du mouvement de contestation depuis une semaine.

Ils sont arrivés à bord de plusieurs pick-up, ont tiré en l’air et ont lancé des grenades lacrymogènes, faisant fuir les manifestants. Les militaires ont ensuite quadrillé et barricadé la place, dont on ne peut pas approcher désormais à moins de 100 mètres.
La télévision sous contrôle, un manifestant tué

Plus tôt, des coups de feu ont éclaté dans la cour du siège de la radio-télévision burkinabè, à Ouagadougou, où plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées. Tous les personnels de la radio-télévision ont été évacués, ainsi que les journalistes étrangers. Un jeune Burkinabè a été tué par une “balle perdue”, selon l’armée. La chaîne a cessé d’émettre. L’opposition dénonce l’armée d’essayer de “confisquer le pouvoir au peuple”, deux jours après la démission de Blaise Compaoré.

La communauté internationale a également condamné l’arrivée de l’armée à la tête du pays. Les Etats-Unis, l’un des principaux alliés du Burkina Faso, ont sommé dimanche « l’armée de transférer immédiatement le pouvoir aux autorités civiles ».
Des “sanctions” de la communauté internationale évoquées

La médiation internationale au Burkina, conduite par l’ONU, l’Union africaine et la Cédéao (l’organisation régionale de l’Afrique de l’Ouest) a évoqué une menace de “sanctions” si l’armée continue à vouloir s’imposer. Pour ce petit pays du Sahel, perdre le soutien international et les aides des ONG pourrait envenimer la situation.

Dans la soirée, l’Union européenne a appelé le Burkina Faso à respecter les droits fondamentaux. Dans un communiqué, le service pour l’action extérieure de l’UE indique : “Dans un moment crucial pour l’avenir du pays, nous appelons en particulier au sens de la responsabilité de toutes les forces militaires et de sécurité afin qu’elles assurent la sécurité de la population ainsi que les droits fondamentaux des Burkinabés, y compris celui de manifester pacifiquement”.
Rencontre entre Zida et l’opposition

Vers 16h40, les responsables de l’opposition ont rencontré le lieutenant-colonel Isaac Zida, désigné président par l’armée. La réunion a duré une petite heure. Etaient présents le chef de file de l’opposition Zéphirin Diabré, l’ancien ministre des Affaires étrangères Ablassé Ouedraogo, l’ancien président de l’Assemblée nationale devenu opposant Roch Marc Christian Kaboré, et le leader du parti sankariste Bénéwendé Sankara.

A noter, la dissidente de l’ex-parti au pouvoir Saran Sérémé, s’est présentée avant le début de la réunion mais elle est sortie de la salle avant qu’elle ne commence, semble-t-il snobée par les autres participants. Dimanche après-midi, elle avait voulu se déclarer nouvelle chef de transition à la télévision nouvelle.

Quelques heures plus tard, l’armée a fait une conférence de presse où elle a réaffirmé son engagement à une transition dans la concertation. “Un organe de transition sera mis en place avec toutes les composantes qui seront arrêtées par un large consensus, et dont la durée sera précisé”, selon son communiqué.

par Maëlenn Bereski

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here