Guy-Bertrand Mapangou, nouveau ministre de l’Intérieur, président en exercice du CNC.  © Gabonreview/Steve Jordan
Guy-Bertrand Mapangou, nouveau ministre de l’Intérieur, président en exercice du CNC. © Gabonreview/Steve Jordan
Le quartier populaire de Rio à Libreville se trouvait déjà en effervescence ce samedi vers 7h30 mais prise d’assaut par les forces de police qui y déclinaient toute ses composantes pour dissuader es leaders de l’opposition de ne pas tenir leur meeting.

Selon des sources concordantes, le ministre de l’Intérieur, Guy Bertrand Mapangou, n’a plus autorisé la tenue du meeting de l’opposition au carrefour Rio ce samedi à 13 heures.

La veille, l’ancien ministre Jean Eyeghe Ndong invitait sur TV+ la population quel que soit sa couleur politique de venir faire entendre haut et fort son désarroi sur ma manière dont la République est gouvernée avec en point de mire le président Ali Bongo Ondimba appelé à prouver sa nationalité gabonaise et qu’il présente un acte de naissance conforme et tel que délivré avant 1960, du temps de la colonisation.

M. Eyeghe Ndong a également sollicité à la télévision les forces de police pour qu’elles encadrent le meeting afin d’éviter les débordements.

Toutefois, comme le précise le quotidien l’Union dans sa livraison de samedi, le ministre de l’Intérieur avait bien accédé à la demande d’un groupe de partis de l’opposition pour tenir ce meeting mais aurait changé d’avis devant les risques d’infiltration et d’intimidation qui pourraient faire dégénérer ce rassemblement.

Dans un communiqué du ministère de l’Intérieur publié dans l’Union, un « faisceau d’informations concordantes sur d’éventuelles infiltration et perturbations qui pourraient entrainer des possibles troubles à l’ordre public ont amené le ministre de l’intérieur à reconsidérer sa position ».

Après le meeting de Port-Gentil et la rencontre consacrée à l’opposition à Paris, les leaders de l’opposition voudraient monter en puissance au cours du meeting de Rio. Mais le regroupement prévu ce samedi est bel et bien interdit par les autorités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here