AdiahenotLe très silencieux néo-opposant Jacques Adiahénot, a officiellement lancé les activités de son association, Dynamique Populaire pour l’Alternance (DPA), le 17 janvier à Libreville.

La Dynamique Populaire pour l’Alternance (DPA), une association dirigée par l’opposant Jacques Adiahénot qui se positionne dans la même logique que celle du Front uni de l’opposition pour l’alternance (Fuopa) semble être le moyen trouvé par son initiateur pour exister sur la scène politique gabonaise.

En effet, depuis la création du Fuopa, Jacques Adiahénot est visiblement confondu dans la masse, car n’ayant aucun poids devant le leadership incontesté de Jean Ping depuis son arrivée au sein de l’opposition.

En annonçant sa démission du Parti Démocratique Gabonais (PDG) en mars 2014, après celle de Jean Ping, Jacques Adiahénot n’a rien fait de surprenant car son discours lors de ce fameux jour, n’était que le plagiat de celui de son prédécesseur. Un suivisme qu’il pensait certainement voir récompensé en étant propulsé au devant de la scène.

Très effacé et quelque peu passif, cet ancien baron du PDG mise donc sur le DPA pour faire entendre sa voix parmi le concert d’individualités observé au sein de l’opposition.

Quelles seront alors les actions prônées par cette association ? Doit-on s’attendre à une simple continuité de la démarche engagée par le Fuopa ? S’agira-t-il d’abandonner les appels à l’insurrection pour exercer un militantisme plus responsable ? Cette association compte-t-elle s’illustrer également en dehors du cadre purement politique ?

La création du DPA tombe de ce fait, à point nommé, car Jacques Adiahénot sait désormais que les militants de l’ex Union Nationale (UN) et ceux du Fuopa pourront se ranger derrière lui et l’appeler « président »…Président d’une association certes, mais président tout de même !…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here