Les tribulations de la BGD

BGDLa récente grève à la Banque gabonaise de développement (BGD) amène à se pencher sur le cas de cet établissement bancaire. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elle paraissent de prime abord.

Motivé par le remboursement intégral des sommes prélevées dans le cadre de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), l’application de la convention collective et la revendication relative au plan social, le mouvement d’humeur déclenché, entre le 12 et 15 janvier dernier, à la Banque gabonaise de développement (BGD) suscite encore des interrogations. Ces revendications nécessitaient-elles réellement une grève ? Le doute persiste. Concernant le premier point, il apparaît que, sur une idée de la direction générale, les délégués du personnel ont librement choisi un cabinet, qui a rendu ses conclusions sur le taux perçu CNAMGS. Or, au moment de déposer leur préavis, les principaux concernés n’ont nullement consulté lesdites conclusions. Selon une source proche du dossier, «le cabinet a déduit qu’il n’y avait aucune erreur. Et il ressort que les prélèvements sont en deçà de ce qui est officiellement admis. Si erreurs il y a, elles sont de petites marges, de l’ordre de 500 ou 1000 francs».

On note, au sujet de l’application de la convention collective, que depuis plusieurs mois déjà l’Association professionnelle des établissements de crédit (Apec), le patronat bancaire et le principal syndicat du secteur, sont en négociation à cet effet. «Ce qui était prévu, c’était que le 9 janvier dernier, les partenaires sociaux du secteur bancaire signent un accord intermédiaire sectoriel. Donc sur ce plan précis, il est étonnant qu’on dépose un préavis de grève sur un accord qui n’est pas encore signé, et qui devait l’être deux jours plus tard», commente un banquier.

Pour ce qui est de la question des effectifs qui figurait également parmi les motifs de la grève, il ressort des avis divers que la BGD en est sureffectif depuis pas mal d’années. Une situation qui s’est aggravée en 2010 et 2011, lorsque cette banque a absorbé le Fonds d’aide et de garantie (Faga) et le Fonds de développement et d’expansion (Fodex). Une quarantaine d’employés s’est donc ajoutée au personnel existant. En dépit de nombreux efforts de la direction générale, qui a ramené le personnel de 333 à 318 sur les trois dernières années, le sureffectif est toujours d’actualité. D’où les recommandations de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac), transmises le 29 décembre dernier. «Cette problématique a été comprise par l’ensemble du personnel. D’où des discussions ayant suggéré une baisse des salaires, entre autres, en lieu et place du licenciement. Malheureusement, cette proposition s’est heurtée au refus de certains, qui ne souhaitaient nullement que leurs salaires soient revus à la baisse», explique notre source, non sans préciser que ces discussions ont eu lieu à la Chambre de commerce de Libreville en présence de l’ensemble du personnel.

Quelles sont donc les motivations réelles ou les déterminismes profonds de ce mouvement d’humeur, se demande-t-on alors. Tout semble indiquer que la tête du directeur général soit mise à prix par quelques tireurs de ficelles mus par des atavismes ethniques et provinciaux. «Les grévistes parlent d’absence de dialogue ou du DG qui serait guindé, mais tous ceux qui sont francs en rient ici. De mes 15 ans de carrière à la BGD, je n’ai jamais vu un DG aussi accessible que M. Roger Owono Mba. Je n’en connais pas un qui a autant reçu les syndicalistes de la maison», soutient un employé de la banque.

Dans cet établissement qui dispose d’une infirmerie et où les techniciennes de surface sont des employées alors qu’ailleurs ces services sont externalisés, certaines incohérences subsistent. Plus curieux encore, il est avéré que certains directeurs ont des salaires bien plus élevés que celui du directeur général. A ce jour, la masse salariale s’élève annuellement à pas moins 6 milliards de francs. Or, avec une perte de 20 milliards de francs en 2010, la BGD peine à reprendre du poil de la bête. A cela s’ajoute certaines décisions mitigées comme la suppression des précomptes par l’Etat. Jusqu’à un passé récent, en effet, les crédits étaient accordés aux fonctionnaires et la solde se chargeait des prélèvements dans le cadre du remboursement. Ainsi, depuis juillet 2014, la BGD a accusé un manque à gagner de 380 millions par mois.

Qu’à cela ne tienne, l’équipe dirigeante entend poursuivre sa marche en avant. En 2010 la BGD a ainsi totalisé 33 milliards d’encours de crédits. Aujourd’hui, elle en est à 100. Et pour maintenir ce cap, elle entend maitriser les dépenses pour générer des bénéfices. Un challenge qui repose indubitablement sur la réduction des charges générales.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Gabon | Investissement : Vous pourrez désormais créer votre entreprise en ligne !

Dans le cadre de l’amélioration de son climat des affaires après la perte de précieux points dans les derniers classements du rapport Doing Business,...

Total Gabon : 30 milliards de dividende payables à partir du 11 juin

Les actionnaires de Total Gabon percevront à partir du 11 juin prochain leur dividende net d’impôts au titre de l’exercice 2019 de 11 dollars...

Gabon : La masse salariale a atteint 688,9 milliards de francs en 2019

D’après les chiffres de la Direction générale du Budget et des finances publiques, la masse salariale du secteur public (hors collectivités locales) a baissé...

Pétrole : Panoro Energy minore ses ambitions au Gabon

Panoro Energy a décidé de revoir ses ambitions à la baisse au Gabon, en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19. En 2020,...

Crowd1 et Coffre 2 Lux : attention à l’arnaque !

Le ministère de l’Économie et des Finances a fortement recommandé au public d’éviter tout recours aux services en ligne dénommés Crowd1 et Coffre 2...

Coronavirus : Dynamique unitaire appelle au déconfinement

Si le gouvernement a réitéré les restrictions imposées pour la limitation de la propagation du Covid-19 et que le Comité en charge de la...

Suivez-nous!

1,335FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : Le Gabon en phase critique de l’épidémie

Selon le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil), le pays est en phase...

Covid-19 : la vie prend-elle le pas sur les mesures barrières ?

Doit-on parler d'inconscience, d'irresponsabilité, d'insouciance ou d'imprudence des populations au moment où, un peu partout, en dépit de la nécessité de respecter les mesures...

Covid-19 : communication et sanction doivent aller de pair

Les multiples sorties auxquelles se livrent les autorités administratives jouant un rôle de premier plan dans la lutte contre la propagation du Covid-19, ressemblent...

Gabon | Investissement : Vous pourrez désormais créer votre entreprise en ligne !

Dans le cadre de l’amélioration de son climat des affaires après la perte de précieux points dans les derniers classements du rapport Doing Business,...

Total Gabon : 30 milliards de dividende payables à partir du 11 juin

Les actionnaires de Total Gabon percevront à partir du 11 juin prochain leur dividende net d’impôts au titre de l’exercice 2019 de 11 dollars...