Photo de famille des officiels, le 10 avril à Libreville. © Gabonreview
Photo de famille des officiels, le 10 avril à Libreville. © Gabonreview
Au terme de l’atelier de formation des enseignants qui s’est achevé le 10 avril dernier à Libreville, le partenariat entre le Gabon et l’Université d’Oregon a mis en avant la nécessité d’utiliser l’internet et les instruments médicaux comme moyen de renforcer les compétences en langue anglaise.

Lancé il y a dix jours par le Centre Gabon-Oregon, l’atelier de formation des enseignants d’anglais s’est achevé le 10 avril courant à Libreville. Pas moins de 27 enseignants ont pris part à ces séances animées par deux formatrices de réputation mondiale : Deborah Healey et Keli Yerian. «Les enseignants qui ont suivi cette formation ne se sont pas contentés d’acquérir de nouvelles méthodes d’apprentissage de la langue anglaise. Ils ont, dès le premier jour, immédiatement recherché à préparer pour leurs étudiants, des projets pour qu’ils puissent à leur tour bénéficier de cette formation», a déclaré Deborah Healey.

Les projets ainsi déclinés reposent sur deux formes avec le «Cyber-projet» et le «Lesson-plan». Réalisé par Hélène Atoume, le premier projet est axé sur l’utilisation d’outils internet comme moyen d’apprentissage de la langue anglaise. «C’est un projet à taille humaine, mais très concret. Les résultats seront visibles par tous et les élèves auront progressé dans l’apprentissage de l’anglais en étant les acteurs d’une action éducative», a expliqué un enseignant d’anglais au lycée d’Oloumi de Libreville. Selon Hélène Atoume, en plus de l’utilisation de l’internet, il s’agira concrètement d’organiser plusieurs groupes de travail avec un leader, diviser le travail en plusieurs tâches, et présenter le projet lorsque celui-ci est terminé.

Développé par Michel Boucher, le second projet s’articule autour de l’utilisation d’instruments médicaux. «Les modes d’emploi sont souvent en anglais. Les techniciens ont souvent du mal à comprendre le vocabulaire et les instructions pour pouvoir manipuler adroitement et efficacement les outils sans accident», a regretté un enseignant-formateur à l’Ecole normale supérieur (ENS), non sans ajouter : «Nous avons vraiment besoin de gens qui comprennent la langue anglaise, pour pouvoir déchiffrer, comprendre les instructions pour faire marcher les machines mais aussi pour les entretenir». Deborah Healey n’a pas manqué de souligné que «les résultats de cette formation se feront sentir dès lundi (13 avril, ndlr)».

Après la remise des parchemins à l’ensemble des participants, le directeur exécutif du Centre Gabon-Oregon a rappelé que la deuxième session des mooc, cours gratuits sur internet, s’étendra du 11 mai au 15 juin prochains. «Je rappelle que l’inscription est gratuite. Les enseignants gabonais peuvent s’inscrire dès maintenant sans attendre», a affirmé Francis Bivigou, avant de conclure : «Ne loupez pas cette occasion de renforcer vos compétences et d’améliorer votre enseignement à l’anglais. C’est gratuit, c’est bon pour les profs, c’est bon pour les étudiants et les élèves, c’est bon pour le Gabon».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here