Mboumba Nziengui (à g.) et Ben Moubamba… comme un vent glacial à l’UPG. © D.R.
Mboumba Nziengui (à g.) et Ben Moubamba… comme un vent glacial à l’UPG. © D.R.
C’est dans la rue que Bruno Ben Moubamba a déjà lancé sa campagne de reconquête du siège de Mamboundou.

Bruno Ben Moubamba, président nouvellement élu de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a été expulsé manu-militari jeudi matin du siège dudit parti avec sa troupe par un contingent de policiers qui ont agit sous ordre du parquet de Libreville, a constaté un reporter de Gabonactu.com.

« Ils sont arrivés sans mandat, sans ordre écrit », a déclaré M. Moubamba devant le portail du siège du parti désormais scellé. Les policiers étaient accompagnés de deux huissiers de justice et d’un soudeur qui a procédé au changement des serrures. Les locaux situés à Awendjé dans le 4ème arrondissement de Libreville deviennent donc inaccessibles à Bruno Ben Moubamba.

L’expulsion de Bruno Ben Moubamba fait suite à une plainte de Mathieu Mboumba Nziengui, secrétaire exécutif destitué de l’UPG. Selon la décision du tribunal, Bruno Ben Moubamba devait «cesser le trouble ». L’intéressé affirme avoir interjeté appel mais en vain.

« Ils ont décidé malgré l’appel suspensif que nous avons demandé de 15 jours et malgré les 8 jours de défense à exécution, et bien ils nous ont démontré que dans ce pays la loi n’est pas totalement respectée », déplore Moubamba qui dit n’avoir pas pu récupérer ses documents nécessaires confisqués dans son bureau.

Bruno Ben Moubamba n’a pas encore dit son dernier mot

Le bras de fer entre Bruno Ben Moubamba et son ancien mentor, Mathieu Mboumba Nziengui a commencé le 23 mars denier. En sa qualité du 1er responsable du parti, le secrétaire exécutif avait suspendu son N°2, Moubamba alors secrétaire générale pour « indiscipline ». Toute chose ayant suscité la colère de Bruno Ben Moubamba qui avait orchestré la « destitution de l’autorité » du secrétaire exécutif de Mathieu Mboumba Nziengui.

Moubamba dénonce le mépris du droit et de la morale politique. Il dit privilégiée la procédure juridique pour réintégrer le siège de l’UPG où il devient pour l’instant, persona non gratta.

Le Notable

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here