Mpouhot-EpigatErnest Mpouho Epigat, 48 ans, est un homme pragmatique, un ministre qui se veut de la «Génération du Concret» – un concept créé par Kar Wade. Son style diffère de celui de son prédécesseur, Ruffin Pacôme Ondzounga, qui n’a pas laissé de trace indélébile au ministère en charge des Armées. L’actuel ministre de la Défense s’attèle, lui, à améliorer les conditions de travail de ses collaborateurs.

Le ravalement de façade, au propre comme au figuré, actuellement en cours au ministère de la Défense nationale avec l’instauration d’un nouveau style de gestion plus pragmatique, est salué par les militaires de haut rang. Après avoir signé, en mars dernier, une convention de coopération militaire avec l’ambassadeur de France visant à améliorer les capacités opérationnelles de l’armée, notamment dans les domaines de la tactique et du tir, et après avoir sollicité et obtenu de la France un appui logistique à l’Ecole d’état-major de Libreville, ainsi qu’à l’Ecole d’application des Services de Santé militaire, Ernest Mpouho Epigat vient de décider de rhabiller l’immeuble abritant les services de la Défense nationale, et d’ériger une barrière avec un fronton dédié au ministère. «Tout cela vise, selon un capitaine de l’armée de l’air exerçant au secrétariat général du ministère (situé en face des bureaux du ministre), à donner une image plus reluisante à ce département ministériel».

«Le rafraîchissement des murs de ce ministère situé sur le boulevard du Bord de mer a le mérite d’apporter un air nouveau aux cent-vingt personnes qui exercent au quotidien», ajoute l’officier sus cité. Ce bâtiment construit au milieu des années 80 a d’abord abrité les services de la Primature. Léon Mébiame, alors Premier ministre, y a travaillé jusqu’en 1990. Son successeur, Casimir Oyé Mba, avait plutôt choisi d’installer ses bureaux à l’Immeuble du 2-Décembre, tout en maintenant la tenue des Conseils interministériels dans la grande salle de réunion de ce bâtiment. Ce n’est pas la première fois que l’immeuble connaît un rafraîchissement. Sous Angélique Ngoma (2009-2011), le bâtiment avait été repeint, mais c’est la première fois qu’un ravalement de grande ampleur, un lifting, y est réalisé. Le siège du ministère de la Défense est dorénavant carrelé, et son entrée est digne d’un ministère de souveraineté.

Avant de s’installer, en 1991, dans ce bâtiment, les ministres de la Défense (Julien MPouho Epigat, Martin-Fidèle Magnaga) travaillaient au sein de la présidence de la République.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here