enfant_burundiQuelque 2116 enfants sont victimes de violence et des abus sexuels au Gabon, a révélé une étude menée par l’ONG « Samba Mwanas » dans plusieurs localités du pays et rendue publique, à l’occasion d’un atelier de restitution.

La présidente de l’ONG « Samba Mwanas », Hortense Nname a indiqué cette étude a été réalisée à Libreville, la capitale, Owendo, Cap Estérias (banlieues de Libreville), Ntoum, Cocobeah, Franceville, Moanda dans le Haut-Ogooué (sud-est), Port-Gentil (sud-ouest), Oyem, Bitam (nord), Tchibanga, Mayumba, Mouila (sud) et Lambaréné (centre du Gabon).

L’étude révèle quatre types de violence exercés sur les enfants: iolences physiques, psychologiques, morales et sexuelles.

L’enquête a été effectuée auprès des enfants dont l’âge varie entre trois ans et vingt quatre ans s’est déroulée entre 2012 et 2015.

Le rapport précise également que sur les 2116 cas dénoncés, 1586 enfants ont été abusés sexuellement et 530 ont subi des sévisses corporels. La même enquête fait également état des violences domestiques dues à la faillite de la cellule familiale et à la recrudescence des violences familiales.

« Tant d’enfants aujourd’hui encore sont exploités, maltraités, tenus en esclavage, objets de violences et de trafics de tout genre. 64% de ces abus ont lieu en milieu familial, 25% en milieu scolaire, et 11% dans la rue », a déclaré le ministre gabonais des Drois humains, Alexandre Désiré Tapoyo lors de l’atelier de restitution de ce rapport alarmant, menaçant de poursuivre en justice les auteurs des violences sur les mineurs.

M. Tapoyo a, par ailleurs, exhorté toutes la société à prendre conscience des dommages subis par les enfants et d’y mettre un terme.

« Nous ne pouvons pas assister, indifférents et impuissants au drame d’enfants »’’, a-t-il martelé, demandant également aux ONG, aux établissements scolaires, la police, la gendarmerie, les structures sanitaires, les personnes de bonne volonté de ne pas renoncer de faire du bien, même quand c’est difficile.

D’autre part, Mme Nname a dénoncé un autre phénomène grandissant au Gabon, celui de la cybercriminalité.

« Beaucoup d’enfants sont victimes de violences à travers l’internet. Sur un échantillonnage de 100 enfants interrogés, 90 ont reconnus avoir un accès à internet, 63 ont visités des sites pornographiques, 67 ont visionné une vidéo pornographique ou ont reçu une photo à caractère pornographique, et 40 ont eu déjà au moins une expérience sexuel via internet », a-t-elle révélé.

Par ailleurs, la présidente de l’ONG « Samba Mwanas » a invité le gouvernement à prendre à bras le corps ce phénomène qui porte atteinte aux droits fondamentaux de l’homme.

Elle a également annoncé l’installation des cellules d’écoute pour la prise en charge psychosociale dans l’ensemble des provinces du pays pour enfants en détresse ainsi que l’omission par son ONG d’un avocat qui se chargera de relancer toutes les plaintes abandonnées (85%) contre les agresseurs des mineurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here