Célébration des 6 ans au pouvoir d’Ali Bongo : Un concert de panégyriques

Les manifestations du 6è anniversaire de l’accession du président de la République à la magistrature suprême ont tourné à une pluie d’éloges les uns plus flatteurs que les autres.

Avec un jour de retard, le Parti démocratique Gabonais (PDG) et ses alliés ont célébré, le 17 octobre courant, le 6è anniversaire de l’accession d’Ali Bongo à la présidence de la République. Au jardin botanique de Libreville, le ballet de véhicules, le déploiement des forces de l’ordre et plus encore, le transport des militants et figurants témoignaient de l’importance de l’événement.

Ouvrant le bal des discours, le secrétaire communal du PDG a dit leur «attachement aux idéaux du grand parti de masse», avant de se lancer dans une sorte de bilan à mi-parcours du mandat finissant. Membre éminent du courant frondeur Héritage et Modernité, Vincent Gondjout a affirmé que le «PDG reste un et indivisible autour du distingué camarade président». Mieux : il a invité ses amis à «resserrer les rangs dans le dialogue, la tolérance et la paix, ce dans l’intérêt d’engranger des victoires lors des échéances électorales futures». A ses yeux, il n’y a pas de raison de ne pas instaurer le dialogue et de taire les égos.

Pour sa part, le délégué national de l’Union des jeunes du Parti démocratique gabonais (UJPDG) n’a pas manqué de titiller certains militants de sa formation politique. Flagorneur comme jamais, Vivien Amos Péa a décrété «la «fidélité de la jeunesse gabonaise au président de la République», se livrant lui aussi à un inventaire des réalisations de ces six dernières années, avant de demander à la jeunesse «de soutenir le président de la République dans son action, mais aussi d’être ces aiguilleurs du Boeing Emergence accompagnant le pilote dans sa tâche consistant à conduire la jeunesse vers un atterrissage en confiance». Evoquant le mal-être d’une bonne frange de la population, il a déploré qu’elle se sente délaissée, au point de «se (ruer) vers les messages populistes et radicaux de certaines personnalités frappées par la ménopause politique, aux comportements parfois schizophréniques, mais surtout dopées par l’infécondité de leur raisonnement idéologique».

La représentante des femmes du PDG n’a pas dérogé à la règle. Comme ses prédécesseurs, elle a proclamé l’attachement des femmes à la politique de l’émergence, louant les efforts du président de la République pour relever les défis infrastructurels mais également pour la préservation de la paix. «Il faut accélérer la cadence», a-t-elle lancé, reprenant le slogan à la mode. Chrystel Limbourg Iwenga est revenue sur l’augmentation du nombre de femmes au gouvernement. «11 contre 5 dans le précédent, soit plus de 100%», a-t-elle commenté.

Le porte-parole de la majorité a souligné qu’en six ans, leur «action est visible, même si beaucoup reste à faire». Pour lui, Ali Bongo n’est pas président de la République par hasard. «C’est par la grâce de Dieu», a-t-il affirmé. Guy-Christian Mavioga a insisté sur le respect de la vie humaine et des institutions. «A la même date de l’année prochaine, on célébrera conjointement le deuxième mandat et les sept ans d’Ali Bongo au pouvoir», a-t-il dit dans un optimisme débridé et flatteur.

Le porte-voix du comité des sages a dit leur soutien à la politique actuelle. «Beaucoup de choses ont été faites sous votre présidence. Mais, les belles initiatives ne sont pas souvent correctement expliquées», a-t-il lancé à l’endroit du président de la République, lui rappelant qu’ils ont «confiance» en lui, tout en attirant son attention sur le dialogue. «La paix se nourrit de dialogue», a dit François Owono Nguéma, précisant qu’elle est à «la base du vivre ensemble et du bien vivre ensemble».

Le Premier ministre s’est aussi prêté au jeu. Dialogue social, meilleure gestion des finances publiques, conjoncture moins reluisante, Daniel Ona Ondo a fait le tour des grandes questions de l’heure. Il s’est aussi appesanti sur les réalisations pour reconnaître, enfin, que «toute œuvre humaine est perfectible». Dans la foulée, il a fait mention de la pauvreté, des carences en logement, du chômage des jeunes.

Le secrétaire général du PDG a rappelé que «les réformes ne laissent personnes indifférent», expliquant que le contexte est différent de celui de 1990, comme pour battre en brèche les thèses des tenants de l’idée d’une conférence nationale. Sur sa lancée, Faustin Boukoubi a dénoncé le manque de discipline au sein de son camp, demandant à ceux qui croient défendre les intérêts du président de la République de ne pas se méprendre.

Intervenant à son tour, le président de la République a remercié les uns et les autres, leur demandant de changer de mentalité et de comportement puisque les défis sont nombreux.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Centrafrique: la Russie annonce le départ de renforts déployés dans le pays

Alors que la pression s’est accentuée sur la capitale, Bangui, cette semaine, la Russie a informé les Nations unies du départ d’un des éléments...

Le Gabon se dote d’une usine de médicaments génériques – Afrique économie

Le Gabon vient de terminer la construction d’une usine de fabrication des médicaments génériques. Baptisée Santé pharmaceutique, l’usine située dans la Zone économique spéciale...

Elections 2021 en Afrique : qui sont ces vieux présidents éternels candidats

Ils ont l'expérience des élections. Beaucoup d'expérience. Qui sont ces candidats à leur propre succession, recordmen de la longévité au pouvoir, déclarés ou attendus...

Gabon: en deux jours l’effectif de la Mairie de Libreville passe de 2320 à 3245

C’est ce qui ressort d’un rapport sur l’effectif des agents de la Mairie de Libreville. En effet, ce rapport qui comprend les résultats du...

Covid-19 : seulement 14 jours et déjà près de 250 nouveaux cas en janvier 2021

Deux semaines seulement après le début de la nouvelle année, le Gabon est en passe de battre son propre record du nombre de nouvelles...

Sénatoriales 2021 : le nouveau découpage électoral des 52 sièges de sénateurs au Gabon

Alors que le calendrier des sénatoriales vient d’être fixé par le Centre gabonais des élections (CGE), la rédaction d’Info241 revient sur le nouveau découpage...

Suivez-nous!

1,536FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Centrafrique: la Russie annonce le départ de renforts déployés dans le pays

Alors que la pression s’est accentuée sur la capitale, Bangui, cette semaine, la Russie a informé les Nations unies du départ d’un des éléments...

Le Gabon se dote d’une usine de médicaments génériques – Afrique économie

Le Gabon vient de terminer la construction d’une usine de fabrication des médicaments génériques. Baptisée Santé pharmaceutique, l’usine située dans la Zone économique spéciale...

Elections 2021 en Afrique : qui sont ces vieux présidents éternels candidats

Ils ont l'expérience des élections. Beaucoup d'expérience. Qui sont ces candidats à leur propre succession, recordmen de la longévité au pouvoir, déclarés ou attendus...

Gabon: en deux jours l’effectif de la Mairie de Libreville passe de 2320 à 3245

C’est ce qui ressort d’un rapport sur l’effectif des agents de la Mairie de Libreville. En effet, ce rapport qui comprend les résultats du...

Covid-19 : seulement 14 jours et déjà près de 250 nouveaux cas en janvier 2021

Deux semaines seulement après le début de la nouvelle année, le Gabon est en passe de battre son propre record du nombre de nouvelles...