Le représentant du secrétaire général des nations unies, chef du Bureau régional des nations unies pour l’Afrique centrale(UNOCA), Abdoulaye Bathily a présenté mercredi, à Libreville, une situation peu reluisante des pays de la sous région, à l’occasion d’une rencontre avec le corps diplomatique accrédité au Gabon.

Selon M. Bathily, l’Afrique centrale a vu se développer au cours de ces derniers mois, plusieurs types de menaces qui pèsent sur la stabilité des Etats tant au niveau de chaque pays que dans l’ensemble de la sous région.

M. Bathily a évoqué la chute du prix du baril de pétrole qui a entrainé un ralentissement des activités économiques provocant des tensions politiques et sociales dans bon nombre des pays de l’Afrique centrale.

Sur le plan politique, le diplomate sénégalais et ancien ministre dans son pays, a déclaré que plusieurs pays de l’Afrique centrale (La République démocratique du Congo, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, le Tchad et la Centrafrique) sont engagés dans des processus électoraux qui suscitent à des degrés divers des tensions émergent.

« En République centrafricaine, le référendum du 13 décembre dernier a occasionné des violences que la réponse des internationales a contribuer à limiter. Au Gabon, la perspective des consultations électorales de l’an prochain suscite des controverses entre acteurs politiques. Heureusement, des initiatives en vue d’un dialogue sont lancées par quelques acteurs, tels que le Conseil national de la démocratie (CND). Nous encourageons de telles initiatives qui sont de nature à créer un climat apaisé, à l’approche de périodes de compétition politique », a souligné M. Bathily.

Au Tchad, a-t-il poursuit, l’UNOCA est impliqué dans la préparation d’un dialogue sur les conditions des élections à venir et En République démocratique du Congo, les Nations unies expriment l’espoir que les élections se dérouleront dans un climat consensuel et apaisé.

Concernant le Burundi, le patron de l’ONU en Afrique centrale a dénoncé la tournure que prennent les événements dans ce pays.

Selon, M. Bathily, la situation dans ce pays ne cesse de prendre de proportions de plus en plus alarmantes, avec des conséquences négatives aux plans politique, sécuritaire, humanitaire, social et économique.

Sur le plan sécuritaire, il a abordé la question de la secte islamiste Boko Haram qui ne cesse de portée atteinte à la paix dans la sous région notamment au Cameroun et au Tchad.

Il a saisi cette occasion pour lancer un appel aux Etats de la CEDEAO et de la CEEAC de tenir le sommet conjoint contre le terrorisme en vue de mutualiser les efforts contre ce fléau.

De même il a évoqué le terrorisme orchestré par l’armée de résistance du Seigneur(LRA) qui affecte aussi la sous région avec des attaques de ce mouvement localisées principalement en RCA et RDC. Tout en indiquant l’affaiblissement dudit mouvement terroriste, Abdoulaye Bathily a reconnu que l’existence de sa capacité est destructrice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here