Stand UNOCA lors d'une Journée des Nations Unies au Gabon

Le chef du bureau régionale des Nations unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), Abdoulaye Bathily a appelé, mercredi à Libreville, les acteurs politiques de la sous-région d’Afrique centrale à privilégier le dialogue en vue d’aboutir à des élections libres, transparentes et apaisées.

Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU a profité de la présentation de la situation en Afrique centrale aux ambassadeurs accrédités en République gabonaise pour lancer cet appel compte tenu du contexte actuel où la majorité des Etats de la sous-région d’Afrique centrale (Congo, République Démocratique du Congo, Guinée Equatoriale, Gabon, et la République centrafricaine) sont engagés dans les processus électoraux pour 2016. Des processus a-t-il poursuivi, à la veille desquels des tensions émergent déjà dans plusieurs pays.

« J’appelle les acteurs à surmonter leurs différences par le dialogue et la concertation, en vue de mettre en place des cadres électoraux consensuels. A la suite du briefing que j’ai fait au conseil de sécurité la semaine passée, c’est ce même appel qu’à des élections apaisées que le Conseil a réitéré, à l’unanimité de ses 15 membres et m’a encouragé à poursuivre mes efforts de bons offices et de diplomatie préventive », a lancé Abdoulaye Bathily.

Il a invité les uns et les autres à mettre tout en œuvre afin d’arriver au consensus, et à l’organisation des élections sans contestations et permettre aux pays de l’Afrique de continuer à fonctionner pour faire face aux nombreux défis dont elle fait face.

« Nous faisons de l’accompagnement politique et diplomatique en matière d’organisation des élections. Parler aux uns et aux autres des deux côtés de l’échiquier politique pour qu’on arrive à des solutions consensuelles et éviter les confrontations violentes et qu’il y ait un débat politique entre les acteurs, afin d’aller à des élections transparentes, libres permettant évidemment aux vainqueurs de diriger le pays et à ceux qui s’opposent à eux, de continuer aussi à mener leurs actions politiques dans la paix et la sérénité», a-t-il précisé.

« Ces défis-là sont énormes. Vous voyez les défis du terrorisme par exemple qui menace tous les pays sans exception. Même ceux qui à l’heure actuelle ne sont pas frappés par ce terrorisme, il y a des risques qu’ils soient touchés. Il y a cette question liée par exemple à la situation économique notamment la chute des cours du pétrole avec toutes ses conséquences économiques et sociales. Il faut inventer de nouvelles formules économiques, de gestion pour évidemment faire face à ces défis économiques. Il y a bien entendu dans tous ces pays, la nécessité aujourd’hui d’arriver à des formes de gouvernance qui apaisent des tensions entre les différents acteurs », a dit M. Bathily

Toutefois, le représentant de Ban Ki Moon dans la sous région s’est dit optimiste mais d’un optimisme mesuré par rapport à la situation dans l’Afrique centrale.

« Je suis optimiste d’un optimisme mesuré. Optimiste parce que je sais que l’Afrique centrale, ses peuples et ses gouvernements arriveront à triompher en fin des comptes face à ses défis. Mais dans le même temps, l’énormité de ces défis et leur complexité font que mon optimisme est mesuré parce que ce triomphe ne peut se faire que dans le temps. Ce n’est pas des résultats immédiats auxquels il faut s’attendre », a-t-il conclu avant d’indiquer que : « L’UNOCA suit attentivement ces situations en mettant en œuvre des initiatives de diplomatie préventive et les bons offices du secrétaire général des Nations unies, soit par lui-même, soit en partenariat avec les autres acteurs régionaux et internationaux ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here