Poste de Frontière et Parking Douanier du Cameroun, frontière Cameroun – Gabon sur le Fleuve Ntem, le Pont d’Eboro (2005) sur la droite à demi plan, le Poste de Gendarmerie du Gabon en dernier plan sur la colline.

Des experts du Gabon et du Cameroun sont réunis à Libreville depuis ce jeudi, en vue de proposer des mesures visant à finaliser les opérations de démarcation de la frontière du Gabon et du Cameroun, a constaté l’AGP.

Les assises de Libreville s’inscrivent dans le cadre de la relance des travaux de la Commission ad hoc des frontières Gabon-Cameroun. En ouvrant les travaux, le ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publique, Pacôme Moubelet Moubeya a, pour sa part, exhorté les experts gabonais et camerounais à proposer des mesures concrètes qui permettront, entre autre, de définir un programme de missions conjointes de terrain préparatoire aux opérationS de démarcation, d’encadrer la circulation des personnes et des biens, de gérer efficacement les frontières situées dans la zone de leurs parcs nationaux respectifs et, de trouver des voies et moyens pour éradiquer les diverses formes de criminalité .

Rappelant préalablement la proximité géographique des deux pays matérialisés par des cours d’eau communs notamment la Kyé, le Ntem, le Kom et l’Ayina, Pacôme Moubelet Moubeya a souligné toute l’importance de ces échanges pour le Gabon et le Cameroun.

« Les échanges qui auront lieu pendant ces trois jours nous permettront d’aboutir à des résultats satisfaisants, afin que notre frontière commune devienne une véritable passerelle et un espace de développement partagé », a-t-il dit.

Pour sa part, le ministre camerounais de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, René Emmanuel Sadi, conduisant la délégation camerounaise, les experts devront, durant ces échanges, proposer des mesures concrètes et pertinentes, visant à finaliser les opérations de démarcation de la frontière terrestre des deux pays.

« Cette première session offre ainsi à nos experts l’occasion de recenser et échanger sur les problèmes d’intérêt commun ayant trait à notre frontière commune », a-t-il dit. Précisant que ces assises devront contribuer au renforcement des liens multiformes qui unissent les deux peuples frères, épris de paix et animés par les mêmes aspirations au progrès et au développement .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here