Le ministre gabonais de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubéya a officielle lancé dimanche dernier, à Libreville, l’opération la révision de la liste sur le territoire national et l’étranger en prélude aux prochaines élections présidentielle et législatives prévues pour cette année, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur dont l’AGP a reçue copie lundi.

« La révision de la liste électorale n’est pas une opération de ré enrôlement tout azimut de tous les électeurs. Elle s’entend comme une opération d’enrôlement, pour les nouveaux électeurs, c’est-à-dire ceux des gabonais ayant atteint l’âge de 18 ans ; de vérification et de confirmation de noms sur la liste existante pour les citoyens déjà inscrits ; de changement de lieu de vote pour les électeurs ayant changé de lieux de résidence », déclaré M. Moubelet Boubeya dans ce communiqué.

Selon le texte, les électeurs disposent de centres d’enrôlement sur toute l’étendue du territoire national et dans les missions diplomatiques et consulaires.

Pour le ministre, sont autorisés par cette opération au terme de la loi, les citoyens gabonais des deux sexes remplissant les conditions prévues, notamment les Gabonais ayant atteint 18 ans révolus à la date du démarrage de l’opération électorale et jouissant de leurs doits civils et politiques.

« Ces prétendants à l’inscription sur la liste électorale doivent être né dans une circonscription électorale ou avoir un domicile ou une résidence notoirement connue depuis 12 mois au moins dans la circonscription électorale, ou avoir dans la circonscription électorale, des intérêts économiques notoirement connus ou des intérêts familiaux régulièrement entretenus », poursuit la loi électorale.

Selon M. Moubelet Boubeya, cet enrôlement consistera à collecter des données relatives à l’état civil et celles à caractère biométriques de chaque citoyen, notamment nom, le prénom, la date et lieu de naissance, le domicile ou résidence, la profession, l’adresse, les noms, prénoms du père et de la mère ainsi que les empreintes digitales des dix doigts et la photographie du visage.

Ainsi, a-t-il invité tous ceux qui sont appelés à fréquenter les bureaux d’enrôlement, à le faire dans le calme et la discipline pour le triomphe la démocratie et l’Etat de droit.

Les dispositions de la loi commandent d’enrôler tous les compatriotes, y compris ceux vivant à l’étranger, le siège pour l’élection du Président de la République étant unique.

157 commissions d’enrôlement sur le territoire national et 33 commissions consulaires ont été mises en place à cet effet.
Au terme de la fin de l’opération d’enrôlement prévue pour se dérouler en 45 jours, cinq jours sont accordés pour les réclamations avant la remise de la liste électorale définitive à la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), l’organe chargé de l’organisation et la supervision des élections au Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here