Jacques Adiahenot

L’ancien ministre d’Etat en charge de l’habitat, Jacques Adiahénot « Adia », est sorti, le 15 janvier 2016, du silence qu’il observe depuis la désignation de l’ancien président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Jean Ping, comme candidat du Front Uni des partis de l’opposition pour l’alternance (FOPA), à la future élection présidentielle 2016.

Le choix de Jean Ping comme candidat du FOPA à l’élection présidentielle 2016, continue d’être vivement critiqué et dénoncé par une frange de leaders de l’opposition. En effet, après le président en exercice du Front, Pr Pierre André Kombila, qui annulait déjà le chronogramme arrêté par le secrétariat exécutif, qu’il y a d’autres leaders du front en l’occurrence, Zacharie Myboto (ZAC power), Casimir Oye Mba (Cam la classe) et bien d’autres tels que Pierre Claver Maganga Moussavou (Pierre Effort), Jean de Dieu Moukagni Iwangou (Moon), qui rejoignent la position du cardiologie retraité, au sujet d’une éventuelle cabale politique au sein de l’opposition.

« Certains membres de l’opposition ont conservé les réflexes du PDG », a lancé le natif de Glass (Jacques Adiahénot).

A l’allure où vont les choses, l’opinion ne manque pas de donner son point de vue pour relever que la guerre de leadership au sein de l’opposition, laisse entrevoir les velléités sécessionnistes de quelques apprentis sorciers, qui se font sans doute rattraper par les errements de leur passé politique brumeux. Misu bala !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here