L’épouse du président de la République a présenté, le week-end dernier, l’école dont elle est la promotrice, aux ambassadeurs accrédités au Gabon.

Ouverte depuis plus d’une année et accueillant des élèves de la maternelle au lycée, l’Ecole internationale Ruban vert de Libreville est encore peu connue. Elle souffre de supputations diverses liées à son inaccessibilité pour une large frange de la population. Le 30 janvier dernier, sa fondatrice y a convié plus de 40 ambassadeurs accrédités au Gabon. Sylvia Bongo Ondimba en a profité pour les informer que cette école, qui accueille environ 150 apprenants par an, est aussi un centre de formation pour enseignants. Elle a également indiqué que cette école est ouverte à toutes les classes sociales, 10% des élèves y bénéficiant de bourses. Au-delà, elle a dit sa volonté de porter le nombre de bénéficiaires des bourses à 20% des effectifs. «A travers (cette école), je veux promouvoir l’égalité des chances, la culture du mérite, un changement positif pour le futur de notre pays», a-t-elle laissé entendre, disant souhaiter «offrir aux enfants du Gabon, quelle que soit leur nationalité, un cadre propice à l’étude, à la réflexion. Un cadre où il pourront bénéficier à la fois d’une éducation académique d’excellence, arrimée aux normes internationale, tout en développant particulièrement les langues, les sciences, de même que les talents sportifs et artistiques».

Toutefois, l’épouse du président de la République n’a pas nié avoir besoin de soutien. «Pour rayonner et vivre pleinement son ambition, (le Ruban vert) a besoin de s’ouvrir à d’autres cultures, à d’autres mondes, d’intégrer la diversité, de tisser des partenariats avec les meilleures écoles internationales», a-t-elle dit, appelant à l’implication du corps diplomatique. «Je vous invite à apporter votre pierre à la construction de l’adulte de demain, en jouant pleinement votre rôle d’artisans de la paix auprès de notre belle jeunesse. Car j’en ai la ferme conviction : l’éducation est le seul rempart contre le désespoir, l’obscurantisme, le chaos. Elle est l’assurance d’un monde plus solidaire, plus égalitaire, plus digne», a-t-elle lancé à ses hôtes.

Pour sa part, Matthew Smith, le directeur de l’école, a déclaré : «Entre aujourd’hui et 2020, Ruban vert ne cherche pas seulement à se positionner comme l’école la plus innovante d’Afrique, mais nous cherchons également à apporter (notre) modèle à de nouveaux pays, en répliquant le concept et en construisant de nouveaux campus. Nous voulons créer une école unique au monde, connectée et orientée vers le changement positif et destinée à changer notre société.»

Au terme de la visite, les diplomates ont paru apprécier le style de construction, orienté vers le respect de l’environnement, en plus des programmes académiques conçus selon les normes internationales, avec une particularité : la transmission des enseignements en anglais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here