Mali: quatre assaillants et un militaire malien tués dans une attaque contre l’ONU à Tombouctou

Bamako – Des jihadistes présumés ont attaqué vendredi une base de la force de l’ONU à Tombouctou, dans le nord du Mali, une « opération minutieusement préparée » qui a coûté la vie à un militaire malien, outre au moins quatre assaillants.

Cette attaque, qui s’est achevée en début d’après-midi, intervient au lendemain d’une cérémonie de « sacralisation » des mausolées de la ville détruits par les jihadistes en 2012 et reconstruits grâce à un projet de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

« Les opérations militaires pour anéantir les terroristes sont terminées dans le secteur sud de Tombouctou » autour de « La Palmeraie », un ancien hôtel situé entre l’aéroport et le quartier administratif de Tombouctou, où la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a installé une de ses bases occupée par des policiers nigérians, a déclaré un responsable des opérations militaires de l’armée sur le terrain.

« Il y a eu une double attaque », a-t-il expliqué sous le couvert de l’anonymat, jugeant qu’il s’agissait d’une « opération minutieusement préparée ».

« Dans un premier temps, un premier véhicule des terroristes a forcé un barrage de l’armée malienne, avant d’exploser avec des terroristes devant un camp de la Minusma, dans le but de surprendre, de faire d’énormes dégâts. Ensuite, un second véhicule (…) a suivi pour mener des opérations terroristes », a dit l’officier.

« Pour le bilan, nous avons au moins quatre terroristes tués, dont ceux qui se sont fait exploser dans le véhicule, trois militaires maliens blessés et un autre tué », a-t-il poursuivi, indiquant avoir également connaissance d’un membre de la force de l’ONU et d’un civil blessés.

– Force de l’ONU visée –

Le contingent de policiers nigérians était en cours de déménagement vers un autre site, a indiqué à l’AFP une source de sécurité au sein de la Minusma.

La plupart avaient quitté les lieux, mais il en restait sur place quelques-uns et du matériel appartenant à la Minusma au moment de l’attaque, lancée par « six à sept terroristes », selon la même source.

Selon un habitant des environs, les assaillants avaient « vraiment préparé leur plan ».

« Je crois qu’ils ont fait d’abord exploser leur voiture pour qu’après la Minusma vienne voir les dégâts pour les attaquer encore », a expliqué cet habitant à l’AFP.

« Des jihadistes sont encore là vers le camp, il y a des échanges de coups de feu », a-t-il témoigné en milieu de matinée.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Ces groupes en ont été en grande partie chassés par l’intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Les jihadistes restent toutefois actifs dans cette région où des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix entre le gouvernement, les groupes qui le soutiennent et l’ex-rébellion.

Au moins quatre militaires maliens avaient été tués le 28 janvier dans deux attaques distinctes, un à Tombouctou par un tireur embusqué et trois près de Gao, dans l’est du pays, dans l’explosion d’un engin au passage de leur véhicule.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a également revendiqué l’enlèvement le 7 janvier d’une Suissesse qui vivait depuis des années à Tombouctou où elle était accusée par le groupe jihadiste de faire du prosélytisme.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, un peu plus libres

Les juges de la Cour pénale internationale ont assoupli les conditions de la liberté accordée à l’ancien président ivoirien et à son ex-ministre. A l’heure...

Hirak: Une vague de colère contre le documentaire «Algérie, mon amour»

Diffusé sur France 5 mardi soir, le film de Mustapha Kessous a déchaîné les passions sur les réseaux sociaux. Une diversion bienvenue pour le...

La CPI modifie les conditions de mise en liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Dans une décision rendue ce jeudi, la Chambre d'appel de la CPI a décidé de révoquer une partie des conditions de mise en liberté...

CAN 2021: pourquoi un report est plausible mais pas si simple

L’hypothèse d’un report de la prochaine Coupe d’Afrique des nations, prévue du 9 janvier au 6 février au Cameroun, prend de l’ampleur, à cause...

Madagascar: le président se rend à Tamatave, particulièrement touchée par le coronavirus

Madagascar connaît actuellement une flambée de cas de Covid-19, particulièrement à Tamatave, la 2e ville du pays, où le personnel soignant manque de moyens....

Le Gabon et Sao Tomé s’accordent sur la délimitation de leur frontière maritime

Les députés gabonais réunis en séance plénière, le 11 mai 2020, ont ratifié le traité sur la délimitation de la frontière entre le Gabon...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : déjà 15 morts au Gabon

Le Gabon a enregistré vendredi 29 mai 2020 son 15ème décès lié au Coronavirus, a annoncé le porte-parole du Comité de pilotage de la...

Electricité «cadeau» : Ali Bongo a-t-il donné l’ordre d’exclure des milliers de Gabonais ?

De milliers de Gabonais ont eu le malheur de constater qu’ils ne sont plus éligibles à la mesure de gratuité de l’électricité. Naturellement, les...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Comment Libreville veut sortir de sa dépendance au pétrole

En signant avec Apollo Minerals et Trek Metals pour la prospection de zinc et de plomb, le Gabon cherche à renforcer son secteur minier,...

Gratuité d’eau et électricité : Exclusivement réservée aux GEF

La seconde phase de l’opération de gratuité des consommations d’eau et d’électricité lancée le 25 mai, ne concerne que des personnes économiquement faibles, classées...