Libreville a abrité mercredi, les travaux de la 7ème réunion du comité des experts de la santé, en marge de la session ordinaire du conseil des ministres, qui se tient du 12 au 13 février, sous le thème « Bâtissons le mécanisme institutionnel de coordination et de coopération de la santé pour l’Afrique centrale dans le cadre global du processus de l’intégration ».

A l’ouverture des travaux, le ministre délégué à la santé publique du Gabon, Célestine Bâ Oguewa a indiqué que ces assises se tiennent dans un contexte épidémiologique dominé par les maladies transmissibles, l’augmentation préoccupante du fardeau de la morbidité et de la mortalité dues aux maladies non transmissibles, les inégalités et disparités des systèmes de santé entre les pays membres de l’espace CEEAC.

« Vous examinerez plusieurs points dont les questions institutionnelles, la situation sanitaire et les perspectives des pays de la CEEAC et les priorités programmatiques incidences financières pour la période 2016-2019. Et, les résultats de vos travaux devront contribuer à l’atteinte des objectifs spécifiques de la session ministérielle », a instruit le ministre Bâ Oguewa.

Le secrétaire général de la CEEAC, Dr. De Jaïme Rondo Saadale, a pour sa part déclaré que la réunion du conseil des ministres s’inscrit dans la vision de bâtir en commun le mécanisme institutionnel de coordination et de coopération de la santé pour l’Afrique centrale.

Celui-ci doit s’arrimer aux défis à relever conformément aux missions de la CEEAC, et en prenant en compte les différents contextes des politiques et des systèmes de santé à l’échelle nationale, régionale et mondiale, a-t-il précisé.

La conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC, a décidé la création d’une organisation et d’un fonds communautaire de la santé pour l’Afrique centrale, a annoncé M. De Jaïme Rondo Saadale.

« La création de ces organisme vise une coordination et une coopération de qualité au service du développement sanitaire dans le cadre du processus d’intégration régionale et du développement économique et social de l’Afrique centrale », a-t-il signifié.

Il a également ajouté que, la CEEAC se dote pour la première fois de 07 projets d’évaluation plus déterminants à savoir le renforcement institutionnel de la coordination et la coopération de la santé pour l’Afrique centrale, le renforcement et la coordination de la riposte au VIH/SIDA, l’initiative d’accélération d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, de l’accès aux antirétroviraux pour la prise en charge prédiqué, la sécurité sanitaires aux maladies émergentes et réémergences en Afrique, la coordination de la préparation et de la riposte aux situations des urgences sanitaires et humanitaires, l’amélioration du climat des affaires et la promotion des partenariats publics et privés dans les investissements de la santé en Afriques centrales et la coordination et l’harmonisation des systèmes de réglementation pharmaceutique et d’homologation des médicaments en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here