Présidentielle 2016 : Minlama toujours favorable au dialogue inclusif

Craignant les dérapages qui découleraient de l’organisation de l’élection présidentielle dans les conditions actuelles, le président de la Convention nationale de l’interposition (CNI) appelle à nouveau à la concertation.

Le président de la Convention nationale de l’interposition (CNI) jette un regard sur les conditions d’organisation de la prochaine présidentielle. «La situation socio-politique du pays ne cesse de s’empirer depuis les dernières élections présidentielles anticipées de 2009. Notre vivre ensemble est aussi sérieusement mis à mal», a déploré Dieudonné Minlama dans une interview à l’hebdomadaire La Loupe. Regrettant un recul de la démocratie, il soutient que les tensions entre les acteurs politiques, tous bords confondus, sont vives et le climat de suspicion généralisé. «La haine, l’invective, les règlements de comptes, la calomnie, la xénophobie, la violence, la frustration, l’exclusion, la confusion, le mensonge… sont désormais érigés en valeurs d’animation et de gestion de notre démocratie», a-t-il affirmé. «La crise de confiance entre les acteurs politiques, les membres de la société civile, une grande partie du peuple et les institutions chargées de l’organisation et de la gestion des élections est réelle. Plusieurs Gabonais ne disposent pas de pièces d’état-civil et sont de facto exclus des opérations électorales et privés de l’un de leurs droits fondamentaux», a-t-il poursuivi.

Selon lui, la biométrie est restée à l’état embryonnaire et comporte toujours les failles, déjà identifiées au terme des élections locales de 2013. «En gros le tableau est sombre et la situation explosive. Maintenant si, malgré cette situation, nous nous obstinons à organiser ces élections, je crois que nous prendrions là un grand risque aux conséquences regrettables et incalculables devant la nation, devant le monde et devant Dieu», a-t-il alerté.

Face à ce tableau, Dieudonné Minlama propose le «dialogue inclusif» pour ramener la sérénité. Ce dialogue doit nous permettre de solder la face sombre de l’héritage Bongo en mettant en place une commission «vérité et réconciliation» ; mettre en place tous les mécanismes nécessaires afin d’organiser les élections crédibles ; examiner les revendications des organisations syndicales et trouver un consensus fort et durable sur la crise sociale ; redéfinir les concepts et principes qui nous permettront de consolider notre «vivre ensemble».

Une issue possible pour Dieudonné Minlama, qui en veut pour preuve la rencontre, le 15 mars dernier, avec une délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie. «La Francophonie croit, tout comme nous, que le dialogue est la seule, solution à la crise actuelle. A cette position de la Francophonie, il faut ajouter celles de l’Unoca, de la France, de l’Union européenne …», a-t-il affirmé. N’empêche, il se refuse à un quelconque boycott de l’élection. «J’exclus toute option de boycott de cette élection. Mais il est de mon devoir de présenter la réalité de la situation et de promouvoir la solution idéale qui nous permettra de ne pas plonger notre pays dans l’instabilité et l’incertitude», a-t-il lancé. «Dans tous les cas l’histoire jugera chacun de nous en fonction de ses positions et de ses actes. Le peuple nous regarde. L’humanité aussi est témoin. Le Gabon n’est pas à détruire. Nous n’avons qu’un seul exemplaire de notre pays. Il n’en existe pas de duplicata et nous n’avons pas de patrie de rechange ailleurs», a-t-il conclu.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Conseil interministériel : Neuf projets de textes législatifs et règlementaires examinés

L’équipe conduite par Julien Nkoghe Bekale a mis à profit la célébration de l’Ascension pour passer au crible plusieurs projets de textes législatifs et...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...