Si elle s’est déclarée confiante de voir son candidat remporter la présidentielle, l’équipe de campagne de l’ancien président de la commission de l’Union africaine craint pour la sécurité de son système informatique.

A pied d’œuvre depuis l’ouverture des bureaux de vote dans la matinée du 27 août courant, l’équipe de Jean Ping indique que son candidat à la présidentielle aurait toutes les chances de l’emporter au terme du décompte des suffrages sur toute l’étendue du territoire nationale et dans plusieurs pays à l’étranger. C’est du moins la conviction affichée par le responsable de la communication du candidat consensuel de l’opposition, des heures après la fermeture des bureaux de vote dans certains centres. Pourtant, cette conviction ne va pas sans la méfiance d’une éventuelle attaque contre le dispositif de centralisation des résultats mis en place par cette équipe à Libreville.

A la faveur d’une déclaration de presse, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi a exprimé la crainte de voir leur système informatique subir des attaques visant à les empêcher de collecter tous les résultats issus des procès-verbaux de leurs différents représentants dans les bureaux de vote. Des résultats qu’ils entendent comparer avec ceux de la Commission nationale électorale autonome et permanente (Cenap), du ministère de l’Intérieur et de la Cour constitutionnelle.

Toutefois, le camp de Jean Ping s’est dit confiant au regard des résultats qui leur parviennent à la suite de chaque dépouillement dans les bureaux de vote au Gabon et à l’extérieur du pays. S’ils ont reconnu au candidat Ali Bongo quelques «rares» victoires ici et là, les soutiens du candidat de la coalition de l’opposition n’ont pas manqué de se moquer des accusations du ministre de la Communication, prononcées sur Gabon 24, relatives à une prétendue intention de Jean Ping de s’autoproclamer vainqueur de l’élection au court de la nuit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here