Gabon : deux morts la nuit dernière, situation toujours très tendue

48h après l’annonce de la réélection du président gabonais Ali Bongo, qui a entraîné une explosion de violences à Libreville, la situation ne semble pas s’apaiser dans le pays.

L’ESSENTIEL EN DIRECT

Émeutes meurtrières, pillages et interpellations en série : la situation est toujours extrêmement tendue au Gabon, deux jours après l’annonce de la réélection du président Ali Bongo par la commission électorale mercredi.

Les infos à retenir :

  • La commission électorale a annoncé la réélection d’Ali Bongo à la tête du Gabon avec 49,80% des voix, un résultat contesté par l’opposition
  • Depuis l’annonce de cette réélection, le pays est en proie à de violents affrontements.
  • Cinq morts sont à déplorer.
  • Une vingtaine de leaders de l’opposition sont toujours retenus au QG de Jean Ping, l’adversaire d’Ali Bongo.

Des scènes de chaos. Deux hommes sont morts dans la nuit de jeudi à vendredi dans un quartier de Libreville, à la suite d’affrontements avec les forces de sécurité, ont constaté des journalistes de l’AFP. La veille, le camp des opposants déploraient déjà trois morts et plusieurs blessés.

Le centre de Libreville, la capitale gabonaise, était quadrillé jeudi par les forces de l’ordre, notamment aux abords de l’Assemblée nationale, incendiée mercredi. Les grands axes étaient dévastés, bordés de bâtiments incendiés et jonchés de restes de barricades, stigmates des violences entre manifestants et forces de l’ordre. La pénurie de pain menace à Libreville et les autres villes du pays, tout comme celle de produits frais, les transports étant paralysés. Une situation aggravée par les pillages massifs de commerces.

« Séquestrés » dans le QG de Ping. Vendredi, une vingtaine de leaders de l’opposition et de la société civile gabonaise étaient toujours retenus au quartier général de Jean Ping. Parmi elles, l’ancien vice-président de la République Didjob Ding Duvungui ou encore Zacharie Myboto, ancien ministre d’Omar Bongo, le père d’Ali Bongo. Ce dernier a affirmé jeudi n’avoir reçu ni nourriture ni médicaments depuis jeudi matin. « Nous sommes 26, toujours au même endroit, en plein air dans l’enceinte du QG. Nous avons dormi à même le sol, avec les moustiques et le crépitement des armes dans la quartier », a expliqué Paul-Marie Gondjout, le représentant de Jean Ping à la commission électorale. L’opposant Jean Ping a de son côté trouvé refuge dans un endroit indéterminé.

La France priée d’intervenir. Sur Europe 1, Jean Ping a appelé la France à venir en aide au Gabon. « La France est intervenue ailleurs, en Centrafrique pour éviter une guerre civile et un bain de sang. Elle pourrait beaucoup plus facilement (…) éviter une situation comme ça au Gabon, en appelant notre tyran à la raison, à accepter la volonté des urnes », a estimé le candidat vaincu. « Vous voyez un président qui vient bombarder son peuple, la nuit, par hélicoptère, et qui vient raser un quartier général. Il a arrêté tout le monde, partout », a-t-il détaillé.

Une situation qui risque de se tendre. Selon le ministre gabonais de l’Intérieur, un millier de personnes ont été interpellées entre mercredi soir et jeudi après-midi : entre 600 et 800 à Libreville et 200 à 300 dans le reste du pays. « Pour l’instant, nous faisons uniquement du maintien de l’ordre. Lorsque le moment sera venu, nous prendrons des mesures pour rétablir l’ordre sans équivoque », n’a pas hésité à prévenir le ministre de l’Intérieur.

Ali Bongo Ondimba ✔@PresidentABO
Ceux qui aspirent à diriger notre Pays commencent par en briser un symbole : la Maison du Peuple, notre Parlement.parlement_brule

Ali Bongo se dédouane. Pris à partie par la communauté internationale et l’opposition, le président gabonais Ali Bongo a affiché sa fermeté, rejetant la responsabilité des violences sur des « groupuscules formés à la destruction ». « Les élections ont rendu leur verdict (…) Qui a perdu ? Un groupuscule dont le seul projet était de prendre le pouvoir pour se servir du Gabon et non servir le Gabon », a encore accusé le fils et successeur d’Omar Bongo, en visant Jean Ping, son principal rival à la présidentielle, qui était parvenu à rallier d’autres candidats importants de l’opposition.

Par Rédaction Europe1.fr avec agences

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....