Gabon : Jean Ping appelle François Hollande à l’aide

Depuis l’annonce de la réélection d’Ali Bongo, le 27 août, le Gabon est en proie à de violentes émeutes qui voient s’affronter la population opposée au président Bongo et les forces de l’ordre. Alors que le gouvernement a annoncé la mort d’un policier, samedi 3 septembre, et que l’opposition parle de « 25 morts » à Libreville, le rival d’Ali Bongo, Jean Ping, demande à la France d’intervenir.

Depuis vendredi, l’ancien ministre d’Omar Bongo, et candidat à la fonction suprême assure : « Le président, c’est moi ». L’opposant d’Ali Bongo remet en question les résultats obtenus par son adversaire dans sa province d’origine qui ont fait basculer le vote en faveur du président sortant. Si la communauté internationale s’interroge elle aussi et réclame plus de transparence dans la publication des votes, Jean Ping, lui, ne doute plus de sa victoire. Pourtant, il n’entame pas de recours devant la Cour constitutionnelle comme la loi gabonaise le permet. « Elle est présidée par la belle-mère de Bongo. Cette cour est tout sauf impartiale », assure John Nambo, directeur de cabinet de Jean Ping, au Journal du dimanche. Voilà pourquoi Jean Ping souhaite directement impliquer François Hollande dans le conflit qui l’oppose à Ali Bongo.

François Hollande doit taper « du poing sur la table »

Depuis que l’appel à l’aide française a été lancé, vendredi 2 septembre, le camp Ping attend un signe du président Hollande. « Désormais, nous sommes suspendus à sa décision », explique John Nambo au JDD. « Il faut qu’il tape du poing sur la table et intervienne. Sinon, c’est non-assistance à un peuple en danger. » Cependant, à en croire le spécialiste de l’Afrique Antoine Glaser, il serait risqué pour François Hollande d’intervenir. Car une quelconque ingérence du président français dans les affaires gabonaises pourrait raviver les relents de la Françafrique. À un an des élections présidentielles françaises, l’opération pourrait donc écorner l’image du président sortant, déjà au plus mal dans les sondages, alors « que pour les Français, le Gabon n’a plus l’importance stratégique qu’il avait sous Omar Bongo », assure Antoine Glaser en ajoutant : « La période Elf, c’est fini ! »

« Nos soldats n’ont pas de raison de bouger »

Plusieurs grands groupes français comme Total ou Bolloré sont encore implantés au Gabon, mais après une première crise en 2009, ils ont pris des mesures pour éviter d’être impactés par les tensions politiques. « Les entreprises ont mis en place un plan de sûreté pour rassurer et informer leur personnel », explique ainsi Louis Caprioli, conseiller du président de la société de sécurité Geos. Il ajoute dans les colonnes du JDD : « En cas de problèmes, les 400 soldats français présents sur place peuvent aussi intervenir. » Mais au ministère de la Défense, comme au Quai d’Orsay, on reste prudent. Mis à part les communiqués classiques d’appel au calme, on ne prévoit pas d’intervenir pour l’instant : « Tant que les ressortissants français présents dans le pays ne sont pas menacés, nos soldats n’ont pas de raison de bouger. »

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Rapatriement des Gabonais de France : Les éclaircissements de Bilie-By-Nze

L’imbroglio né du non-retour d’une douzaine de Gabonais bloqués en France à cause de la pandémie de Covid-19 a amené le ministre des Affaires...

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Conseil interministériel : Neuf projets de textes législatifs et règlementaires examinés

L’équipe conduite par Julien Nkoghe Bekale a mis à profit la célébration de l’Ascension pour passer au crible plusieurs projets de textes législatifs et...

Riposte contre la Covid-19 : Ali Bongo assure que le Gabon est outillé

Convaincu de la motivation des professionnels de santé au bénéfice desquels il a créé et annoncé le paiement d’une «indemnité Covid-19» et comptant sur...

Loi sur les catastrophes sanitaires : Pinailleries politiciennes ?

Le gouvernement a-t-il enjambé les procédures ? S’est-il imprudemment avancé sur un terrain reconnu au seul président de la République ? Ayant choisi de...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Dépistage du Covid-19 : Le Laboratoire Pr Gahouma se lance ce vendredi

Censé produire 10 000 résultats issus des dépistages au Covid-19 effectués dans les différents centres du pays, le laboratoire d’analyse médicale installé au sein...

Heurts : la police arrête et libère des syndicalistes pour non-respect des gestes barrières

Suite à la violation de la disposition interdisant les regroupements de plus de 10 personnes par des partenaires sociaux hier devant le ministère de...

Front social : en route pour la concrétisation des recommandations du Forum de la Fonction publique

Destiné à apporter des solutions aux situations administratives des agents de l'État, ainsi que cela avait été énoncé lors du forum de la Fonction...

Covid-19 : le Gabon veut interdire l’usage de la chloroquine dans le traitement thérapeutique

Le ministre gabonais de la Santé, Dr Max Limoukou, a réuni jeudi à son cabinet le comité scientifique et Comité de pilotage du plan...

Gabon : les régies financières à la caisse malgré la baisse des recettes de l’État

Quelques jours après leur montée au créneau, les syndicats des régies financières ont obtenu gain de cause auprès du ministère de l’Économie et des...