Eglise Sainte-Marie à Libreville

Les églises catholique et évangélique du Gabon s’inquiètent de la crise que traverse le pays. Et elles le disent. Elles ont délivré samedi un message à la nation. Message qui sera repris lors des offices religieux ce dimanche 18 septembre. Un vibrant appel à tous les Gabonais mais plus particulièrement aux responsables politiques du pouvoir et de l’opposition, à la Cour constitutionnelle, aux forces de défense et de sécurité.

Deux déclarations mais un même message : les forces vives de la nation doivent se ressaisir. La vérité des urnes doit être respectée.

« Pour qu’il y ait tranquillité, il suffit que cette vérité objective, facilement vérifiable, soit proclamée. Par contre, déclarer un échoué admis, et un admis échoué, on ensemence un venin difficilement déracinable dans le temps et l’espace », estime Monseigneur Mathieu Madéga Lebouakéhan, président de la conférence épiscopale du Gabon.

L’église fera tout pour jouer un rôle d’apaisement, assure de son côté Jean Jacques Ndong Ekouaghé, pasteur président du conseil national de l’Eglise évangélique du Gabon.

« Nous restons en contact avec les deux camps. Nous rencontrons encore certaines personnes. Mais je pense que ces démarches doivent être discrètes. Evidemment l’objectif des confessions religieuses, c’est d’amener les deux parties à se mettre ensemble pour parler. » Et le pasteur d’insister : « nous n’avons pas de pays de rechange ».

Après 13 jours de recherche et d’espoir, c’est à la morgue Gabosep que Davy vient de retrouver son petit frère qui était enregistré sous X. Ecoutez son témoignage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here