Le dialogue national au Gabon

Après cinq jours de pause, les partis politiques gabonais se retrouvent à partir de ce mardi pour négocier des réformes destinées à réconcilier le pays après la dernière crise postélectorale. Quelque 200 participants appartenant à la majorité et une partie de l’opposition sont répartis au sein de quatre commissions paritaires. Les débats doivent durer jusqu’au 10 mai et porteront notamment sur de profondes réformes politiques et institutionnelles.

Le bimensuel gabonais La Nation dans sa dernière livraison veut « croire que la phase politique de ce dialogue national sera aussi une réussite comme celle (dite citoyenne) qui vient de s’achever. […] Cependant, tempère le journal, les doutes ne manquent pas quant à la volonté réelle du PDG, le Parti démocratique gabonais, d’accepter de perdre le pouvoir à l’issue de ces pourparlers. Surtout quand on sait que le dialogue politique devrait déboucher sur un certain nombre de résolutions, qui réduiront sans doute les chances du PDG de conserver encore pour longtemps le pouvoir. »

Et La Nation de s’interroger : « peut-on un seul instant imaginer le Parti démocratique gabonais au pouvoir depuis près d’un demi-siècle, accepter si facilement les règles qui compromettent sa longévité ? À supposer que ce dialogue débouche même sur la limitation à deux des mandats présidentiels, l’élection à deux tours et la refonte de la commission électorale, en quoi ces actes transformés en lois, garantiraient-ils une alternance politique à la tête de l’État ? En quoi le PDG qui a toujours gagné, même au prix des soupçons les plus généralisés, acceptera-t-il sa défaite ? Le système d’élection à deux tours sera-t-il réellement la clef de voûte d’une alternance tant rêvée par l’opposition ? » Finalement, conclut La Nation, « tout dépendra de la volonté des tenants du pouvoir actuels. Sont-ils prêts à lâcher prise ? La question reste en suspens. »

Ping ne lâche pas l’affaire

Pour sa part, l’opposant Jean Ping persiste et signe. « Jean Ping égal à lui-même ! », s’exclame le site Gabon Eco. « Énergique, l’opposant qui revendique toujours sa victoire à la dernière présidentielle vient d’animer un meeting, ce week-end, où il a de nouveau invité Ali Bongo Ondimba à abandonner le fauteuil présidentiel. […] Un ordre accueilli dans les rangs du pouvoir comme une blague de plus, pointe Gabon Eco, tant l’opposant est désormais habitué à le ressasser à chaque prise de parole, sans qu’il ne se donne véritablement les moyens d’y parvenir. »
« Jean Ping ne lâche pas l’affaire », renchérit La Nouvelle Tribune au Bénin. « Le candidat malheureux à la présidentielle 2016 n’a pas encore digéré son échec à ce scrutin. […] Le leader de l’opposition hausse le ton et multiplie les stratégies pour alerter l’opinion et la communauté internationale. […] Avec une allure jusqu’au-boutiste, Jean Ping a décidé de fouler aux pieds le dialogue politique initié par le pouvoir pour ramener la paix dans le pays. »

Vers des réformes profondes ?

En tout cas, pointe Le Pays au Burkina, « même si cette nouvelle mobilisation de Ping n’a pas été celle des grands jours, comme de par le passé, elle traduit tout de même la profondeur de la ligne de fracture entre lui et Ali Bongo qu’il accuse d’avoir opéré un hold-up électoral. C’est donc dire que ledit dialogue national est loin d’être inclusif et qu’il y a de grands risques que ses conclusions ne puissent pas apporter la solution à cette crise sociopolitique qui empoisonne la vie des Gabonais. »

Du coup, poursuit Le Pays, « le pouvoir gabonais doit, cette fois-ci, éviter de faire la politique de l’autruche, en prenant la ferme résolution de mettre en œuvre les propositions de réformes qui sortiront de ce dialogue. Au regard des conclusions de la première phase, on voit que nombre de griefs faits par Jean Ping au régime Bongo ont été repris par les représentants de la société civile qui ont proposé des réformes politiques et institutionnelles profondes, devant permettre de rétablir la confiance entre tous les acteurs de la classe politique. Et la meilleure façon pour Ali Bongo de calmer les ardeurs de son adversaire Jean Ping, c’est de prendre sérieusement en compte ces questions et d’aller à des réformes profondes. Seule cette attitude franche pourrait mettre fin à ce jeu de Ping-Bongo qui n’a que trop duré. »

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Parlement : Trois nouveaux textes adoptés au Sénat

C'était au cours d'une séance plénière, présidée par Mme Lucie Milebou Aubusson-Mboussou. En présence de plusieurs membres du gouvernement. Entre autres, le ministre d'État...

Owendo : kits alimentaires de Bongo Valentin au 2e arrondissement

Les habitants du 2e arrondissement de la commune d'Owendo reçoivent, depuis lundi, des kits alimentaires, don du Coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourredin Bongo...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Covid-19 : L’opposition se dote d’un comité de crise

S’invitant dans la lutte contre la propagation du Coronavirus au Gabon, 12 partis politiques de l’opposition ont mis sur pied un comité de crise....

La CNR aux tribalistes : «Partez, mais ne brûlez pas le Gabon !»

Disant craindre pour le Gabon après les discours de haine aux relents tribalistes diffusés sur les réseaux sociaux ces derniers jours, visant notamment son...

Chantage à l’enregistrement téléphonique : Mike Jocktane traduit Lanlaire en justice

Ange Landry Mbeng dit Lanlaire vient d’être traduit en justice en France par Mike Jocktane. Dans un communiqué, publié sur Facebook le 28 mai,...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Opep : la réduction de la production pétrolière examinée par le conseil des gouverneurs

Le conseil des gouverneurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) était en conclave, jeudi 28 mai, à la faveur d'une visioconférence. La...

Parlement : Trois nouveaux textes adoptés au Sénat

C'était au cours d'une séance plénière, présidée par Mme Lucie Milebou Aubusson-Mboussou. En présence de plusieurs membres du gouvernement. Entre autres, le ministre d'État...

Covid-19: Ces PME gabonaises qui résistent à la crise

Pour ne pas se laisser mourir, tout en cherchant à conquérir de nouveaux clients, plusieurs entreprises gabonaises ont pris le pari de se battre...

Owendo : kits alimentaires de Bongo Valentin au 2e arrondissement

Les habitants du 2e arrondissement de la commune d'Owendo reçoivent, depuis lundi, des kits alimentaires, don du Coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourredin Bongo...

Covid-19 : déjà 15 morts au Gabon

Le Gabon a enregistré vendredi 29 mai 2020 son 15ème décès lié au Coronavirus, a annoncé le porte-parole du Comité de pilotage de la...