Qu’arrive t-il finalement au candidat malheureux des dernières présidentielles au Gabon, M. Jean Ping, au point d’être toujours sous le choc de sa palpitante défaite face au valeureux Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba?

M. Jean Ping est le candidat sorti très malheureux lors des dernières élections présidentielles du Gabon, face au vainqueur du scrutin, l’actuel Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba. Alors que les Gabonais ont repris goût à la vie, et font de merveilleux exploits par les récentes constructions d’usines de transformation et d’exploitation des matières premières locales, M. Jean Ping continue à ruminer sa haine et sa rancœur du régime actuel au pouvoir d’Etat.

Le candidat tout malheureux Jean Ping vient de manifester encore son manque de fair play après l’élections du Président Emmanuel Macron, en France. Comme par usurpation de titre, M. Jean Ping a adressé ses félicitations au Président Macron pour son élection à la tête de la France, en qualité de « président bien élu au Gabon ».

Dans le même temps, M. Jean Ping formule sa doléance qui laisse entrevoir qu’il en a gros sur le cœur, à savoir que sa victoire lui a été arrachée, sinon il est le « président » que les Gabonais ont élu aux présidentielles passées.

Alarmant tout cela! pouvait s’exclamer un observateur de la scène politique gabonaise qui comprend difficilement le comportement peu démocrate de M. Jean Ping, qui finalement frise la pitié pour son manque de pardon et ses pleurs sans frein que décrivent ses sorties infantiles.

De son côté, l’heureux et bien élu Président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba, sans faire de tapage ni de palabres, a souhaité ses félicitations chaleureuses au nouveau Président de la France, Emmanuel Macron, comme savent le faire les Présidents sages et pleins de tolérance à l’égard de leurs citoyens.

Les mots du Président Bongo sont allés dans le sens du succès qu’il souhaite à Emmanuel Macron, il se dit entièrement disponible à «œuvrer de concert» avec le Président français, et espère vivement une véritable consolidation des «divers partenariats» entre la France et le Gabon.

Pour rappel, M. Jean Ping aurait soutenu même financièrement le candidat aussi malheureux que lui, François Fillon. Il a encore rasé les murs en vain pour rencontrer le Président Macron qui, aux dernières nouvelles, a eu au téléphone le Président qu’il reconnaît, à savoir Ali Bongo Ondimba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here