Les agents de l’AGP ont décidé de rentrer en grève ce 29 mai à Libreville.

Le personnel réclame huit mois d’arriérés de salaires et le départ de leur patron.

Le climat est tendu à l’Agence gabonaise de presse (AGP) où le personnel observe depuis lundi un mouvement de grève. Les grévistes ont barricadé l’entrée de l’entreprise située au quartier «Batterie IV», dans le 1er arrondissement de Libreville.

Entre autres revendications, les agents réclament huit mois d’arriérés de salaires et demandent le départ du Directeur. Olivier Mouketou Mouketou est accusé de pratiquer une gestion approximative et d’incompétence.

«Le directeur a été séquestré quelque temps dans son bureau avant d’être relâché. Il l’a quitté après négociations avec les grévistes sans sa voiture de fonction», a-t-on appris de certains grévistes.

Nommé Directeur de l’Agence gabonaise de presse le 23 mai 2012 à l’issue d’un conseil des ministres, Olivier Mouketou Mouketou a remplacé Maxime Poupi. Média à capitaux publics créé en 1966, l’AGP n’existe aujourd’hui qu’en version électronique depuis que son quotidien, Gabon Matin, qui tirait à 10 000 exemplaires a arrêté de paraitre.

Dans un souci d’équilibre de l’information, nous avons tenté de joindre sans succès le patron de l’AGP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here