Poste de Frontière et Parking Douanier du Cameroun, frontière Cameroun – Gabon sur le Fleuve Ntem, le Pont d’Eboro (2005) sur la droite à demi plan, le Poste de Gendarmerie du Gabon en dernier plan sur la colline.

L’Afrique centrale continue de marcher à petit pas vers la libre-circulation avec l’accord du Tchad annoncé vendredi mais un nouveau refus de la Guinée équatoriale la veille. Le Tchad a accepté de supprimer le 8 août l’obligation de visa pour les ressortissants des pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon et Guinée équatoriale et Tchad), selon une note ministérielle parvenue à l’AFP vendredi. La veille, la Guinée équatoriale avait réitéré son refus, sauf pour les détenteurs de “passeports diplomatiques, officiels et de service (…) si le séjour a une durée de moins de trois mois”.

Les six membres de la Cémac étaient parvenus en 2013 à un accord sur la libre-circulation, en vigueur dans la quinzaine de pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Cet accord n’a jamais été appliqué en raison du refus de la Guinée équatoriale et du Gabon, pays pétroliers peu peuplés et relativement prospères qui craignaient une immigration massive. La Guinée équatoriale et le Gabon s’étaient pourtant de nouveau engagés le 17 février moyennant la mise en place de titres d’identité biométriques.
Fondée en juin 2000 à Malabo, la Cémac réunit des pays aux revenus très différents, et peine à mettre en oeuvre des mécanismes d’intégration économique et monétaire.

Le Figaro.fr avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here