La mosquée n’est pas assez grande et de nombreux croyants sont rassemblés dans la cour.© STEVE JORDAN / AFP

Un collectif des 15 Imams Gabonais a condamné avec véhémence mercredi dans un point de presse les accusations liées aux malversations financières et la marginalisation supposée des cadres musulmans Gabonais, portées contre le président du Conseil supérieur des affaires islamique du Gabon (CSAIG) Ismaël Oceni Ossa, par une partie des anciens étudiants gabonais en théologie islamique de l’Université de Médine d’ Arabie Saoudite.

« Nous imams du Gabon, condamnons avec la dernière énergie les diffamations et toutes les accusations injustifiées formulées contre notre grand imam Ismaël Oceni Ossa et le conseiller spécial du Raïs Ali Akbar Onanga y’Obegue et nous réaffirmons notre confiance et notre attachement à nos autorités religieuses », a fustigé l’imam Ousmane Boubeyi, leader de la Mosquée Eyeghé Mébiame de Libreville.

Le collectif des musulmans gabonais posant pour la postérité @ Gabonactu.com
Pour les imams, membres du CSAIG, les graves accusations portées contre leur leader religieux constituent un sacrilège. « Dénigrer le détenteur d’une autorité religieuse, c’est aller à l’encontre de principes qui fondent notre religion », a-t-il fait savoir.

Le mois dernier, une centaine d’anciens étudiants gabonais en théologie islamique de l’université islamique de Médine du Royaume d’Arabie Saoudite de retour au pays il y a près de deux ans, ont à travers les réseaux sociaux accusé l’Imam Océni Ossa d’avoir durant 7 ans, utilisé l’argent de la subvention accordé par l’Etat Gabonais à l’enseignement privé islamique pour ses propres besoins. Des griefs saugrenus, selon le collectif des imams gabonais.

Sydney IVEMBI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here