Planète+ vient de déprogrammer la diffusion d’un reportage sur Patience Dabany, plus communément appelée la Mama. Patience Dabany est une ex première dame du Gabon. Elle était la première épouse d’Omar Bongo. C’est aussi, la mère de l’actuel chef de l’Etat gabonais. La diffusion du documentaire Despot Housewives devait avoir lieu le 30 septembre dernier. Mais à la dernière minute celle-ci a été retirée des programmes. Plusieurs pistes sont évoquées.

La première piste évoquée est que la chaine Planète+, membre du groupe Canal+ aurait reçue des menaces de poursuites judiciaires de la part de l’avocat de l’ex première dame. Selon toute vraisemblance, Camille Monin et Carlos Dominguez de la production Day for Night auraient délibérément trompé les sujets de l’interview sur le titre de l’émission, son contexte pour mieux les appâter. C’est une stratégie très souvent utilisée par des journalistes véreux.

Sauf, que les journalistes professionnels prennent leurs dispositions, pour être protéger juridiquement. Ce qui ne semble pas être le cas dans cette situation, étant donné qu’ils n’auraient reçu aucun accord formel. Pour se justifier, Joel Soler l’auteur du documentaire a affirmé: « Comme l’ensemble des autres intervenants, elle connaissait le sujet du doc, les aspects politiques. Et nous lui avions envoyé toutes les questions au préalable ». Mais le producteur aurait-il oublié de signifier à la Mama qu’elle serait associée dans le documentaire avec l’épouse d’un nazi?

La seconde hypothèse invoquée, est que Vincent Bolloré, patron du groupe Canal+, est intervenu directement afin de censurer la diffusion de l’émission. En effet, depuis plusieurs mois déjà, ses intérêts sont actuellement sur la sellette au Gabon. Notamment suite à la mise en concurrence du port d’Owendo, qui a obligé le Bolloré à baisser ses prix de plus de 40%. Et à déposer une plainte contre l’Etat gabonais. Est-ce là une volonté de montrer un signe d’apaisement? Peu probable que le grand manitou des ports africains soit intervenu.

La troisième et dernière hypothèse, tout aussi probable, selon un analyste, spécialiste des questions de communication, c’est qu’il s’agirait ni plus ni moins d’une mesure visant à créer le buzz autour de l’émission. Les statistiques d’audimat des deux premiers passages de l’émission Despot Housewives sont catastrophiques. Elles n’ont réuni que 131.000 téléspectateurs et 0,5 % de part de marché.

« Christine Cauquelin joue actuellement son poste de directrice des chaînes thématiques Découverte. C’est elle qui a accepté de diffuser le documentaire sur la chaîne. Si l’audimat ne grimpe pas pour le dernier épisode, elle pourrait payer cher ses décisions. Rien de mieux qu’un bon petit buzz pour faire monter l’audimat, avant la diffusion du dernier épisode » confie notre expert. Et en effet, pas moins d’une quinzaine d’articles de presse parlent de cette émission depuis trois jours. Un cinéma bien orchestré?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here