Grève de la faim de Bruno Ben Moubamba : Ramenez-le à la raison !

Entamée le 1er novembre dernier, la grève de la faim de l’ancien Ministre de l’Habitat passe presqu’inaperçue alors que Bruno Ben Moubamba, selon les photos postées sur son compte facebook, manque déjà de force. Reste donc aux autorités de s’armer de courage pour lui faire entendre raison, si elles ne peuvent pas lui garantir le « Gabon d’après », qui reste son seul motif de grève de la faim.
C’est en homme affaibli, pâle, avec des joues creuses et un visage émacié que Bruno Ben Moubamba apparaît sur des photos postées sur son mur facebook. Une opération de communication sans doute pour attirer l’attention des gouvernants quant au sérieux de son entreprise. L’ancien Ministre de l’Habitat du gouvernement Issoze-Ngoondet, a certainement pris la mesure de l’indifférence généralisée qui entoure son action qu’on pourrait qualifier de solitaire. Partisan de la lutte pacifique, le président de l’ACR, l’Alliance pour le Changement et le Renouveau estime que la grève de la faim reste le meilleur combat pour contraindre les décideurs à prendre conscience de leur échec, afin de construire un Gabon nouveau.

Décidément, l’homme n’en a pas encore fini avec ses mises en scène depuis qu’il a été congédié du Gouvernement en septembre dernier. Débutée le 1er novembre, cette grève observée à domicile vise à exiger du Parti Démocratique Gabonais au pouvoir qu’il demande pardon publiquement aux Gabonais pour tout le mal fait au pays depuis 50 ans. Mieux, il demande à Ali Bongo Ondimba de dissoudre le PDG, qui reste selon lui, le principal responsable de la misère des populations. Et cette dissolution d’un PDG reste la condition sine qua non pour le décollage du pays, « le Gabon d’après ».

Demandes impossibles

Demander à Ali Bongo qu’il dissolve le parti qui assoit son pouvoir, c’est comme lui donner la mer à boire. Tout comme exiger du PDG qu’il demande pardon publiquement au Gabonais pour tout le mal commis depuis son installation au pouvoir en 1968, serait une vraie plaisanterie d’un Moubamba, qui, visiblement ne sait plus où donner de la tête pour être repêché au Gouvernement. Si les motifs de ce jeûne ne sont pas susceptibles d’émouvoir outre-mesure le pouvoir qui doit le railler, Bruno Ben Moubamba devrait certainement être reconnu comme détenteur du record national des grèves de la faim, (Ndlr : la première ayant eu lieu en 2009 pour exiger le report du processus électoral).

Un homme incompris ?

C’est le malheur de l’homme dont le combat ne semble toujours pas capter l’adhésion des populations qui le prennent parfois pour un metteur en scène. Au-delà de ses bonnes intentions pour son « Gabon d’après », Bruno Ben Moubamba reste un homme esseulé, délaissé. Le problème est certainement à rechercher dans son instabilité politique chronique. En papillonnant souvent entre l’opposition radicale et l’opposition modérée, l’ancien membre du gouvernement a laissé derrière lui l’image d’un leader en perpétuelle errance politique.

Voilà qui réduit à néant son jeûne national. Que ce soit du côté de la majorité ou de l’opposition, personne visiblement ne semble partager l’action de Bruno Ben Moubamba pour le bien du Gabon. C’est un combat perdu. Et il appartient dorénavant aux autorités de lui faire entendre raison, en lui exprimant clairement leur impossibilité à satisfaire ses demandes. Cela est d’autant plus pertinent qu’elles pourraient être tenues pour responsables au cas où venait à se produire le pire. Evitez le pire à Bruno Ben Moubamba !!!!

LENO KOLEBA

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Crowd1 & Coffre 2 Lux : Les mises en gardes du gouvernement

Interpellé dans l’article «Alerte à l’escroquerie : «Coffre 2 Lux» est au Gabon, «Crowd1» arrive» (lire «Alerte à l’escroquerie : Coffre 2 Lux est...

Le gouvernement gabonais bat campagne contre Crowd1 et Coffre 2 Lux

Le ministère de l’Economie et des Finances dans un communiqué recommande au public d’éviter tout recours aux services en ligne dénommés Crowd1 et Coffre...

Alerte à l’escroquerie : «Coffre 2 Lux» est au Gabon, «Crowd1» arrive

Toujours la même mise en scène : une promesse de gains rapides, des investisseurs avides et peu regardant sur un actif dont tout le...

Parlement : Trois nouveaux textes adoptés au Sénat

C'était au cours d'une séance plénière, présidée par Mme Lucie Milebou Aubusson-Mboussou. En présence de plusieurs membres du gouvernement. Entre autres, le ministre d'État...

Owendo : kits alimentaires de Bongo Valentin au 2e arrondissement

Les habitants du 2e arrondissement de la commune d'Owendo reçoivent, depuis lundi, des kits alimentaires, don du Coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourredin Bongo...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Suivez-nous!

1,335FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Baisse du nombre de cas positifs les weekend: les explications du Copil

En médaillon, le Docteur Guy Patrick Obiang Ndong, vice-président du Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus...

Pétrole : Le premier trimestre de Total Gabon plombé par le Covid-19

La filiale locale du géant des services pétroliers français, Total, accuse au premier trimestre de l’année en cours un résultat net de 8 millions...

PIP 2015/Prime Covid-19 : Les Affaires sociales veulent leur part

Le Syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass) est monté au créneau le 30 mai pour réclamer au Premier ministre de réparer les...

Crowd1 & Coffre 2 Lux : Les mises en gardes du gouvernement

Interpellé dans l’article «Alerte à l’escroquerie : «Coffre 2 Lux» est au Gabon, «Crowd1» arrive» (lire «Alerte à l’escroquerie : Coffre 2 Lux est...

Sogatra : Les agents déflatés toujours à la diète

Abandonnés à eux-mêmes depuis près d’un an et confrontés à des situations difficiles, le Collectif des agents déflatés de la Société gabonaise de transport...