Recueillir les doléances des populations gabonaises vivant dans la province du Haut-Ogooué pour les transmettre fidèlement au président de la République, c’est l’objectif que visait la tournée que vient d’y entreprendre du lundi 13 à jeudi 16 novembre 2017 Brice Laccruche Alihanga, son Directeur de cabinet, par ailleurs ressortissant de cette province.

Parti de Libreville le week-end dernier en direction de Franceville, via la gare d’Owendo, le voyage en « mode train » choisi par le Directeur de cabinet du président de la République est à la fois révélateur de la face simple et humble qui caractérise le personnage en même temps qu’il est annonciateur des intentions réelles et des motivations profondes de ce long périple.

A bien y regarder et selon ce qu’en pensent des nombreux analystes, cette tournée laisse apparaitre la volonté politique du chef de l’Etat qui voudrait voir se matérialiser son ambition et passer à l’action. « Une action qui doit constituer une réponse concrète aux problèmes des Gabonais, notamment à ceux de la femme et des jeunes », ainsi le disait-il dans les orientations données à l’équipe de Issozet Ngonde 2 formée en application de l’accord issu du dialogue politique d’Agondjé.

Une façon pour le président de la République, via son Directeur de cabinet, de marquer sa reprise en mains et l’accélération de la cadence dans la satisfaction des attentes et surtout de réduire la distance afin de rester plus proche des populations, non seulement du Haut-Ogooué, mais de l’ensemble du pays.

Et le fait que la conduite de cette mission d’écoute et de consultations populaires débute par Franceville est tout sauf fortuit.

Non seulement qu’elle offre à l’enfant du terroir l’occasion de remercier les populations de cette province qui lui a tout donné, cette mission donne aussi au Directeur de Cabinet l’opportunité de s’imposer en véritable pont entre le président de la République et la base.

Reconnu pour être un véritable baroudeur et fondateur de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) avec un ancrage national avéré, son action au sein de l’univers social met tout le monde d’accord, du nord au sud, de l’est à l’ouest autour de sa personne.

Les préoccupations des bas-quartiers, les actions à fort impact social, son engagement en faveur de la jeunesse gabonaise, des laissés-pour-compte, des femmes, des populations de l’arrière pays et de l’ensemble des Gabonais dans leurs diversités sont la tasse de thé quotidienne de Brice Laccruche Alihanga, reconnait-on dans toutes les sphères.

Au moment où Ali Bongo Ondimba entend marquer son second mandat d’une empreinte sociale indélébile doublée des avancées significatives sur le volet politique, l’arrivée à ses côtés de son alter ego, l’enfant des Akebé, Kinguelé, Venez-voir, Atsibi-Tsos, Laccruche Alihanga, a été accueillie presque comme une délivrance.

D’autres signaux non moins significatifs ainsi que le relaie notre confrère Jeune Afrique, dans son dernier numéro le confirment. Remaniements ministériels, bouleversements dans l’administration, changements de têtes à la présidence de la République, autant d’actes qui prouvent à suffisance la détermination du chef de l’Etat à aller de l’avant et surtout à clore définitivement la crise postélectorale et son duel avec Jean Ping pour véritablement lancer son 2ème mandat.

Le nouvel exécutif, les hauts cadres de l’administration et le nouvel entourage du cabinet du chef de l’Etat étant installés et déjà à pied-d’oeuvre, la mission que vient d’achever Brice Laccruche Alihanga et qui a commencé par la province du Haut Ogooué inaugure, à n’en point douter, d’une nouvelle étape dans la gouvernance du président de la République qui reste décidé à casser le mur de glace, établir le pont de proximité avec la base, orienter l’action gouvernementale vers les besoins quotidiens des populations, autonomiser les femmes et amplifier la lutte contre le chômage des jeunes.

Sans nul doute, il n’y a pas meilleure façon de procéder que celle de prendre directement langue avec les populations du cru à l’image de ce que vient de réaliser M. Laccuche Alihanga à Leconi, Bongoville, Okondja et d’autres départements du Haut-Ogooué qui ont favorablement accueilli l’initiative.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here