Un taxi dans la ville d'Oyem, province du Woleu-Ntem

Les ronds-points de la commune d’Oyem, chef lieu de la province du Woleu-Ntem, conçus pour permettre l’échange de direction des véhicules, sont transformés en des endroits où les populations déversent des ordures de toute nature ternissant ainsi l’image de la ville, a-t-on constaté.

Pneus usés, bouteilles, chiens errants morts, et bien d’autres immondices y sont entassés, transformant de facto cette dépendance du domaine public en une poubelle. Il faudrait y voir là une des explications des maladies qui accablent les habitants de la cité.

Pour le maire en charge des voiries, Eugene Miame Obame, ce sont les responsables des ateliers de menuiseries situés en bordure de route, les commerçantes, les vulcanisateurs qui longent les trottoirs de la cité, les hommes et des femmes qui envoient leurs enfants déverser les poubelles et la société de ramassage des ordures, Gabon propre service (GPS), qui seraient à l’origine de cette situation. Car, la propreté de la commune dépend actuellement de ladite structure qui ne possède vraiment pas de voiture de ramassage d’ordures.

‘’Nous ne savons pas quoi faire parce que la sensibilisation a été à tous les niveaux dans la ville concernant les ordures. Il faut remarquer que la population n’aime pas jeter les ordures dans des endroits qu’il faut. Nous avons une population qui croit donner la responsabilité au conseil municipal’’, a-t-il précisé.

La situation actuelle des ordures dans ces ronds-points mérite que les autorités compétentes y fassent des efforts pour le bien-être des populations et la beauté de la ville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here