Gabon : les nouveaux hommes de Bongo étaient « programmés pour être là »

Wilson-André Ndombet, enseignant à l’université Omar-Bongo de Libreville, observe d’un œil critique les changements au sommet de l’État.

Jeune Afrique : La nomination de Brice Laccruche Alihanga comme directeur de cabinet représente-t‑elle un nouvel élan dans le septennat d’Ali Bongo Ondimba (ABO) ?

Wilson-André Ndombet : Je ne pense pas. Le chef de l’État cherchait un successeur à Maixent Accrombessi depuis que celui-ci est tombé malade. Il voulait quelqu’un d’assez proche de lui et des milieux financiers. Le nouvel arrivant est surtout rassurant pour le président. De plus, c’est un message politique : comme Accrombessi, qui a été élevé à l’étranger, Brice Laccruche Alihanga, qui est un métis, fera face à un certain ressentiment de la part des Gabonais. C’est une façon pour Ali Bongo Ondimba de dire que peu importent les critiques, lui seul prend les décisions.

Entre le remaniement ministériel et l’arrivée de toutes ces nouvelles têtes dans l’administration, on a pourtant l’impression d’un grand changement…

Encore une fois, on est dans la continuité. Beaucoup de « nouveaux » sont des « parents de » ou des « amis de » qui étaient programmés pour être là. Un père et un fils peuvent toujours être vice-président et ministre. On recherche davantage l’occupation de l’échiquier politique que l’efficacité. C’est la géopolitique gabonaise, qui assure la sérénité du président. Mais y a-t‑il une réelle volonté de maîtriser le budget, de créer de la richesse ?

On peut faire autant de « tsunAli » que l’on veut, cela ne mettra pas pour autant le pays sur les rails

On compare beaucoup ce « tsunAli II » à ce qui s’est passé en 2009, au début du premier mandat d’ABO. Qu’en pensez-vous ?

Ce qui s’est déroulé en 2009 était intéressant. Des personnalités qui occupaient la scène depuis vingt ou trente ans ont été écartées. Mais cela n’a pas suffi car, comme aujourd’hui, on a fait place à des jeunes, certes bons militants, formés aux États-Unis ou en France, mais sans expérience de la chose publique. On ignore en revanche des gens bien plus expérimentés mais qui ne font pas partie du cercle restreint. Dans ces conditions, on peut faire autant de « tsunAli » que l’on veut, cela ne mettra pas pour autant le pays sur les rails.

Par Mathieu Olivier

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....