La CNAMGS et l’ultimatum du Sypharga

Comme il y a six mois, le Syndicat des pharmaciens du Gabon (Sypharga) remonte au créneau pour exiger le paiement des prestations des pharmacies à l’endroit des assurés de la Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale (CNAMGS). La dette s’élève aujourd’hui à 3 milliards de francs.

Réunis en assemblée générale, le 28 décembre dernier, les responsables des officines pharmaceutiques partenaires de la Cnamgs et membres du Syndicat des pharmaciens du Gabon (Sypharga) ont fixé au 25 janvier 2018 la date limite de paiement des impayés de la Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale (Cnamgs). Des impayés chiffrés aujourd’hui à 3 milliards de francs.

La nouvelle présidente du Sypharga, Lise Nzé Nkouré, dit ne pas comprendre les causes de la situation actuelle, d’autant plus que la convention liant la Cnamgs aux pharmacies partenaires dispose que «les règlements doivent s’effectuer tous les quinze jours». Elle a, par la suite, qualifié d’«inquiétante» l’augmentation des impayés de la Cnamgs auprès de leurs pharmacies.

En juillet 2017, le Sypharga était déjà monté au créneau pour exiger le paiement de la dette de la Cnamgs à son égard. Le 20 juillet précisément, les pharmaciens avaient en effet donné dix jours à la Cnamgs pour l’épuration totale de ces impayés, s’élevant alors à 4 milliards CFA. Et dix jours plus tard, l’organisme ayant siège sur le Boulevard de l’indépendance (Bord de mer) avait payé cette dette à hauteur de 50 %. Aujourd’hui, six mois plus tard donc, la dette est remontée à 3 milliards de francs, et le Sypharga indique à la Cnamgs la date milite du 25 janvier 2018 pour le paiement de ces impayés. Passé cette date, les pharmacies partenaires procéderont à la suspension des services offerts aux abonnés de la Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale. La rupture de fournitures concerne les abonnés des fonds 2 (Gabonais économiquement faibles) et 3 (agents publics).

Fer de lance de la politique sociale du gouvernement, la Cnamgs est elle-même confrontée au non-reversement, par le Trésor public, des cotisations des agents publics. Conséquence : les pharmacies ne parviennent plus à payer leurs fournisseurs nationaux dans les délais, et ces derniers ont tout le mal du monde pour payer régulièrement leurs échéances auprès des centrales d’achat basées à l’étranger. Une situation difficilement vécue par les officines pharmaceutiques parce qu’elle engendre une perte de confiance des fournisseurs à leur égard.

La Cnamgs n’a pas, à ce jour, réagi aux plaintes et menaces du Sypharga.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....