Ali Bongo Ondimba, photo discours à la Nation du 31 décembre 2018 © DCP
Ali Bongo Ondimba, photo discours à la Nation du 31 décembre 2018 © DCP

Ali Bongo Ondimba a délivré son traditionnel discours de vœux, le 31 décembre, depuis Rabat. C’est sa première prise de parole depuis son hospitalisation à Riyad, en octobre.

C’est une vidéo de deux minutes et dix-huit secondes. Décor neutre, drapeau gabonais derrière lui, Ali Bongo Ondimba, visiblement aminci, a bel et bien tenu son traditionnel discours de fin d’année depuis le Maroc, où il poursuit sa convalescence.

L’allocution était particulièrement attendue puisqu’elle marquait la première prise de parole du président gabonais depuis qu’il a été frappé par AVC en Arabie Saoudite, fin octobre. La vidéo a été diffusée lundi soir par les médias gabonais et reprise sur les réseaux sociaux, notamment par le compte de la présidence.

« Période difficile »

Au programme de ce discours de vœux – enregistré au préalable -, un rapide commentaire sur la situation économique du pays, le président expliquant que « l’année 2018 a été marquée par la mise en place de mesures fortes pour retrouver l’équilibre budgétaire ».

Ali Bongo Ondimba, dont l’élocution a semblé hésitante à certains moments, a par ailleurs évoqué sa situation personnelle dans cette courte allocution. Un sujet qui a, dit-il, « nourri des discussions et fait l’objet beaucoup de spéculations ». Parlant d’une « période difficile », le président gabonais a assuré aller « mieux » et se préparer à rentrer au Gabon, sans toutefois préciser de date pour son retour.

Plus que le fond du discours, c’est bel et bien la forme de cette prise de parole qui était scrutée. ABO ne s’était plus exprimé depuis son hospitalisation à Riyad, le 24 octobre. Depuis, les communications sporadiques émanant de la présidence gabonaise et les informations erronées circulant sur les réseaux sociaux avait alimenté diverses rumeurs sur son état de santé.

Jeune Afrique avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here