L’immeuble Arambo, siège à Libreville du ministère gabonais de l’Économie.

Le texte ambitionne de concrétiser le retour à un solde budgétaire positif avec des recettes propres attendues dépassant 235 milliards de francs CFA les dépenses programmées.

La loi de finances 2020 ne sera pas comme toutes les autres. Destinée à améliorer la collecte des recettes de l’Etat, elle entend concrétiser le retour à un solde budgétaire positif avec des recettes propres attendues dépassant 235 milliards de francs CFA les dépenses programmées. Ce texte qui se veut révolutionnaire va permettre à l’Etat de maîtriser ses dépenses, notamment les dépenses liées à la masse salariale et aux charges financières de la dette.

Les économistes la présentent également comme une vraie loi de programmation de la relance économique, avec un budget d’investissement public historiquement fort, de 513 milliards de francs CFA. Cette loi contient entre autres priorités les secteurs à fort impact sur le quotidien des Gabonais.

A l’instar du transport public, de l’éducation, de la santé, des routes, des centres de formation professionnelle, de la canalisation d’eau ou encore l’extension du réseau de distribution d’électricité à Libreville pour apporter le courant dans les quartiers non encore connectés au réseau SEEG.

Un niveau d’endettement appréciable

De source officielle, le stock global de la dette intérieure et extérieure représente 57% du Produit intérieur brut (PIB). Lors du lancement en janvier 2017 du Plan de relance de l’économie (PRE), la dette représentait 62% du PIB. C’est donc incontestablement une réussite du PRE, des mesures de la taskforce Finances publiques et du programme de réformes dans le cadre de l’accompagnement du FMI que de constater la diminution du stock de la dette.

Lorsque l’on parle de la dette publique, il est toutefois également important de considérer la pression du service de la dette, c’est-à-dire les remboursements annuels pour les échéances de paiement sur des emprunts contractés par le passé.

«Aujourd’hui, le remboursement de la dette absorbe 42,3% des recettes budgétaires, contre près de 50% en 2016. Tous les ratios se sont donc améliorés. Du fait des conditions favorables d’endettement actuellement, et de l’urgence à redynamiser l’économie et relancer les projets à fort impact social, la Loi de Finances 2020 va marquer le retour du Gabon sur les marchés financiers internationaux pour la levée d’un nouvel eurobond d’une valeur d’un milliard de dollars», souligne notre source.

Des objectifs bien ciblés par les fonds attendus

L’argent attendu sur les marchés financiers internationaux vont servir à trois principaux objectifs. Il sera question de racheter une partie des emprunts précédemment contractés pour lisser dans le temps leurs échéances de paiement, et réduire ainsi la charge du service de la dette dans les années à venir. Cela s’inscrit dans le cadre de la stratégie de maîtrise de la dette publique de l’Etat à horizon 2030.

L’Etat entend booster le programme d’investissements publics, en consacrant près de 220 milliards de francs CFA à des projets à fort impact social et économique. Tout comme il envisage d’indemniser les agents issus des sociétés publiques/para publiques en liquidation ou qui ont été supprimées par le gouvernement ou fusionné avec d’autres agences.

«Cela permettra d’économiser à moyen terme des dépenses courantes pour l’Etat, ainsi qu’à donner les moyens aux personnes concernées de pouvoir se redéployer», précise-t-on.

Les changements attendus de la Loi de finances 2020

La loi de finances 2020 consacre plusieurs changements, tant pour les contribuables que, plus globalement, pour les concitoyens. Pour les contribuables, la Loi de finances acte la simplification de certaines taxes ou impôts comme l’Impôt synthétique libératoire qui touche directement les Petites et moyennes entreprises.

Elle consacre également des ressources à la simplification des déclarations et des paiements d’impôts et taxe, avec l’extension du programme ETax à l’ensemble des contribuables ou encore la mise en service de SYDONIA WORLD aux douanes. Pour les concitoyens, la Loi de finances prévoit des investissements conséquents sur plusieurs projets qui devraient avoir un impact positif direct sur leur quotidien. Sans être exhaustif, il est possible de citer :

ROUTES :

LA TRANSGABONAISE

Les travaux de réhabilitation de la RN1 avant et après Ntoum, et le démarrage des travaux de bitumage de la RN3 pour faciliter la connexion routière entre Libreville et Franceville.

FONDS D’INITIATIVE DEPARTEMENTAL

L’activation du Fonds d’initiative départemental (FID) doté de 49 milliards de FCFA pour donner vie à des projets et initiatives à fort impact social et économique décidés sur le terrain par les acteurs locaux.

TRANSPORT

La mise en service de TransUrb, une nouvelle société publique de transport urbain, gérée en concession par un opérateur privé. Navette publique pour la connexion côtière maritime Akanda–Libreville–Owendo

EAUX ET ELECTRICITE :

L’extension du réseau de canalisation d’eau et d’électricité dans l’agglomération de Libreville, pour réduire les coupures dans les zones déjà connectées et pour raccorder les nouveaux quartiers actuellement hors réseau.

EDUCATION :

Il est prévu la construction de 200 salles de classe en écoles primaires et collèges, la construction de trois lycées à Akanda, Libreville et Owendo, la réhabilitation de tous les lycées techniques et centres de formation professionnelle sur l’ensemble du territoire, la construction de 5 nouveaux centres de formation professionnelle.

SANTE :

Les pouvoirs publics envisagent l’achat de cliniques mobiles, la rénovation des hôpitaux provinciaux, le rééquipement des plateaux techniques des centres de santé en milieu rural.

LOGEMENTS :

A ce niveau, il est prévu des résidences étudiantes (immeubles SNI), des lotissements de Mindoubé et la rénovation de bâtiments publics.

FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright Infos Gabon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here