Le 24 octobre, Ali Bongo a présidé une cérémonie de signature de deux partenariats portant sur la construction de la Transgabonaise et du barrage hydroélectrique de Kinguélé Aval.

Le projet de la Transgabonaise annoncé par le chef de l’Etat, lors de son discours à la Nation, se précise. Ali Bongo a présidé, le 24 octobre, une cérémonie de signature de deux conventions avec le groupe Méridiam. Celles-ci portent sur le financement de la construction de la Transgabonaise et du barrage de Kinguélé Aval.

Selon le ministre des Travaux publics, Justin Ndoudangoye le partenariat devra «lier le Gabon à la société autoroutière du Gabon relatif au réaménagement et à l’exploitation de la route économique baptisée la Transgabonaise». Longue de 780 km, cette route permettra l’interconnexion de 5 provinces sur les 9 que compte le Gabon, situées sur le linéaire Estuaire/Haut-Ogooué. Considéré comme l’un des plus grands chantiers d’Ali Bongo après la route Port-Gentil/Omboué, ce chantier va générer la création de 3000 emplois directs et indirects.

Pour Justin Ndoudangoye, «sur le plan social, ce projet sera salvateur d’autant plus qu’il va lutter contre l’exode rural». «Les populations pourront produire localement et évacuer les vivres. Aussi, il faut dire que ce projet va faciliter la mobilité des biens et des personnes», a-t-il déclaré.

L’autre convention porte sur la construction du barrage hydroélectrique de Kinguélé Aval. Ce barrage qui sera érigé sur la rivière Mbei à Kango, dans la province de l’Estuaire, en aval des deux centrales existantes Tchimbélé et Kinguélé, sera d’une puissance installée de 57,9 MW, d’un productible de 400 GW/h et devrait permettre de couvrir l’ensemble des besoins énergétiques du réseau interconnecté de l’Estuaire.

Pour le ministre en charge de l’Energie et des ressources d’hydrauliques, «c’est un pas concret, un pas en avant». «C’est un investissement qui est structurant. Nous pourrons donc avoir une énergie propre, stable et surtout permettra à la République gabonaise d’inverser progressivement son mix énergétique et aussi, améliorera à terme le compte d’exploitation de la SEEG afin de permettre à cette importante société de continuer à se développer et de pouvoir venir répondre aux besoins de nos compatriotes» a déclaré Tony Ondo Mba.

«Les deux partenariats que nous avons signé ce matin sous la présidence du président de la République, sont deux projets importants pour le développements du Gabon et la diversification de son économie», a estimé le représentant de Méridiam, une société française, leader mondial de l’investissement privé de long terme dans les infrastructures publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here