spot_imgspot_img

Cotisations : Quand un faux compte de la CNSS rappelle ses dettes à la Présidence et à la Mairie de Libreville

Bien que démenti par l’institution, un tweet posté dimanche par un compte attribué à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) appelle la présidence de la République et la mairie de Libreville à faire preuve de bonne gouvernance en s’acquittant de leurs dettes vis-à-vis d’elle. L’an dernier, un audit réalisé par le cabinet Natray Consulting Gabon révélait en effet que les institutions cumulaient une dette de plusieurs milliards de francs CFA.

Dimanche, un bien curieux tweet a été publié sur le compte «CNSS GABON». Repris par plusieurs internautes, celui-ci ne manquait pas d’audace et accusait nommément la présidence de la République et la Mairie de Libreville de compter parmi les administrations qui lui étaient redevables. Elles sont donc de celles qui sont à l’origine des tensions de trésorerie auxquelles elle fait face depuis quelques années, avec un impact non négligeable sur la régularité du paiement des pensions.

«La Présidence [du Gabon], la mairie de Libreville, pour ne citer qu’eux, doivent faire preuve de bonne gouvernance en s’acquittant de la lourde dette qu’ils ont vis-à-vis de la CNSS. Il en va de la survie de nos compatriotes, aujourd’hui retraités», lit-on sur le compte «CNSS GABON», dont l’institution nie être le sien, indiquant ne disposer que d’une seule page Facebook et de son site Web officiel pour communiquer. «Toute autre information provenant d’autres plateformes ou comptes n’engage nullement la [notre] responsabilité», prévient la direction générale de la CNSS.

Du faux pour du vrai ?

La CNSS rappelle la Présidence et la Mairie de Libreville à leurs responsabilités. © capture d’écran/Twitter

Si la CNSS nie posséder un compte Twitter et donc d’avoir exprimé son ras-le-bol en invitant la Présidence et la Mairie de Libreville à payer leurs dettes, l’institution dirigée par Romaric Ghislain Youmou ne s’est toutefois pas attardée sur la question de fond remise au goût du jour par ce faux compte : la dette réelle du palais du bord de mer et celle de l’Hôtel de Ville vis-à-vis de la Caisse.

L’an dernier, un audit réalisé par la filiale gabonaise de Natray Consulting Group pour le compte de la CNSS avait en effet révélé que plusieurs dizaines d’entreprises privées et des structures publiques, et même des partis politiques comme le Parti démocratique gabonais (PDG, 18,8 milliards de FCFA), avaient accumulé une importante dette auprès de l’institution. L’intendance de la présidence de la République, par exemple, affichait jusqu’en juillet 2019 près de 3,1 milliards de francs CFA d’arriérés.

Pour la mairie de Libreville, la dette s’élevait à plus de 21,4 milliards de francs. À l’époque, l’institution avait été présentée comme la plus endettée des 72 entreprises et administrations dont l’ardoise dépassait le milliard de francs.

Peu après sa nomination à la tête de la CNSS, Romaric Ghislain Youmou avait été reçu le 23 juillet 2019 par Ali Bongo au palais présidentiel. Au sortir de cette audience, le directeur général de la CNSS n’avait pas confirmé que le sujet de la dette de la Présidence avait été abordé. Près d’un an après, la dette évoquée par le faux compte Twitter a-t-elle été réglée ? Rien n’est moins sûr. Ni la CNSS ni la Présidence et encore moins la Mairie n’ont communiqué sur le sujet.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,801FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES