Dépénalisation de l’homosexualité : Stratégie de diversion

La réforme du Code pénal ne vise nullement à défendre des droits ou à vulgariser un fait de civilisation. Elle a plutôt pour objectif de détourner les citoyens des préoccupations du moment. En communication politique cela porte un nom : stratégie de la diversion.

De prime abord, on n’en connait pas les motivations profondes. Mais l’homosexualité est au centre du débat public. Alimentant la controverse, elle est subitement devenue la préoccupation majeure des Gabonais, bien loin devant la covid-19 et ses conséquences. Ni la scolarité des enfants ni la pression fiscale ne font couler autant d’encre et de salive. Comme par un tour de passe-passe, ce sujet a été remis au goût du jour, au point de devenir un exutoire populaire. Jour après jour, il cristallise fureurs et rancœurs, laisse libre cours à toutes les approximations. Avec une facilité déconcertante, les populations s’en donnent à cœur joie. Partout, une seule notion revient : la dépénalisation de l’homosexualité. Jugée attentatoire à nos us et coutumes ou à la morale religieuse, elle est analysée, retournée dans tous les sens.

Des pressions extérieures ? Trop facile

Si de nombreux arguments peuvent se soutenir, s’ils méritent d’être respectés, ils ont un air de déjà entendu. En juillet 2019, c’est-à-dire il y a exactement 11 mois, ils avaient déjà été avancés à la faveur du débat sur… la pénalisation de l’homosexualité. Malgré les mises en garde de nombreux observateurs, cette loi fut soutenue puis votée par le Parlement. Pourquoi ce rétropédalage subit ? En raison de pressions extérieures ? Trop facile. Pour préserver l’image du pays ? Peu convaincant. Si ce thème a été actualisé, c’est pour des raisons autrement plus inavouables. Certainement par calcul politicien. Or la dépénalisation n’influencera en rien le quotidien des homosexuels vivant au Gabon. Autrement dit, la réforme du Code pénal ne vise nullement à défendre des droits, à promouvoir une certaine idée du vivre-ensemble ou à vulgariser un fait de civilisation. Elle a plutôt pour objectif de détourner les citoyens des préoccupations du moment. En communication politique cela porte un nom : stratégie de diversion.

Depuis quelques jours, les adversaires de la dépénalisation convoquent le sens de l’histoire. Ils en appellent à nos us et coutumes, prétendument en danger. Ils se réfèrent à la sociologie, à la psychologie et même à la santé mentale pour délégitimer l’homosexualité. Ils ont recours aux lois de la nature pour demander aux uns et autres d’envisager la sexualité comme des rapports entre gens de sexes opposés. Ils s’inquiètent pour la survie de notre société et de leur descendance, menacées par on ne sait quelle catastrophe. Ils dissertent sur les bonnes mœurs et l’ordre public, sur le rôle de l’État, sur son droit de légiférer ou pas sur toute matière. Ils imaginent même comment prouver un rapport sexuel devant le juge. Naturellement, ils tirent des parallèles avec l’adultère ou les pratiques sadomasochistes et bucco-génitales. Face à ce foisonnement d’arguments tout à trac, la pente glissante ne les effraie guère.

Arrière-pensée politicienne et naïveté

En évoquant la liberté de chacun de s’amouracher de la personne de son choix, les défenseurs de la dépénalisation entretiennent, les premiers, la confusion. Y compris pour les hétérosexuels, les relations passagères, le concubinage et l’union libre n’ont jamais été gravés dans le marbre de la loi gabonaise. Seul le mariage y figure. Est-il question de mariage entre gens de même sexe ? Pourquoi revendiquer la liberté d’aimer ? Les pressions et violences subies par les homosexuels ? Où, quand et par qui ont-elles été documentées ? Certains homosexuels ou lesbiennes étant des personnalités publiques, revendiquant ou assumant leur sexualité, tout Gabonais adulte peut en citer nommément au moins un. Si l’homosexualité se traduisait par des représailles sociales, des anecdotes se raconteraient à la pelle. Or personne n’a souvenance de violences subies par des homosexuels reconnus comme tel.

La défense ou la protection des droits humains ? Cet argument est un écran de fumée. Il vise à légitimer un débat artificiellement entretenu. S’ils tolèrent l’homosexualité, les adeptes de la dépénalisation savent combien ce sujet déchaîne les passions. Ne pouvant être rangés parmi les défenseurs des droits humains, ils l’attisent pour mieux étouffer les sujets de l’heure. S’ils militaient pour les droits humains, on n’aurait pas eu droit à un passage en force pour la loi sur les catastrophes sanitaires. Dans le contexte d’incertitude actuel, peut-on initier des réformes sociétales sans être suspecté d’arrière-pensée politicienne ? Peut-on les nourrir sans être accusés de naïveté ? Aux tenants et adversaires de la dépénalisation d’y répondre. Refusant de se joindre à ce concert d’amalgames, les vrais défenseurs des droits humains, les citoyens avertis, ne se laisseront pas distraire. Ils ne mêleront pas leurs voix à celles des adeptes de la politique de l’autruche.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Test de négativité Covid-19 : Les résultats disponibles en 48 heures, selon les autorités

Les résultats des tests de négativité Covid-19 seront désormais disponibles en 48 heures. Une annonce qui intervient alors que certains attendent toujours leurs résultats...

Le Dr. Daniel Mengara participe à l’émission « Washington Forum » sur la Voix de l’Amérique

Le Dr. Daniel Mengara était un des invités à l'émission "Washington Forum" sur la Voix de l'Amérique ce jeudi 2 juillet 2020. La vidéo se...

Coronavirus : le système de santé du Gabon n’était prêt qu’à 20%

En dépit des efforts entrepris par le gouvernement ces quatre derniers mois, dans le but d’améliorer les conditions de travail des personnels de santé...

Côte d’Ivoire : le président Ouattara invité à briguer un troisième mandat après le décès de son dauphin

A Abidjan, la question est sur toutes les lèvres. Qui pour reprendre le flambeau après la mort d'Amadou Gon Coulibaly ? Il avait été...

Covid-19 : 239 chercheurs alertent l’OMS sur la transmission du virus dans l’air

Dans une tribune signée le 6 juillet dans le journal américain « New York Times », 239 chercheurs appellent l’OMS à revoir ses directives...

Réouverture des lieux de culte : La décision appartient au Premier ministre

Les leaders religieux ont rencontré le ministre de l’Intérieur, le 9 juillet à Libreville, au sujet de la réouverture des lieux de culte. Il...

Suivez-nous!

1,332FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Test de négativité Covid-19 : Les résultats disponibles en 48 heures, selon les autorités

Les résultats des tests de négativité Covid-19 seront désormais disponibles en 48 heures. Une annonce qui intervient alors que certains attendent toujours leurs résultats...

Le Dr. Daniel Mengara participe à l’émission « Washington Forum » sur la Voix de l’Amérique

Le Dr. Daniel Mengara était un des invités à l'émission "Washington Forum" sur la Voix de l'Amérique ce jeudi 2 juillet 2020. La vidéo se...

Coronavirus : le système de santé du Gabon n’était prêt qu’à 20%

En dépit des efforts entrepris par le gouvernement ces quatre derniers mois, dans le but d’améliorer les conditions de travail des personnels de santé...

Côte d’Ivoire : le président Ouattara invité à briguer un troisième mandat après le décès de son dauphin

A Abidjan, la question est sur toutes les lèvres. Qui pour reprendre le flambeau après la mort d'Amadou Gon Coulibaly ? Il avait été...

Covid-19 : 239 chercheurs alertent l’OMS sur la transmission du virus dans l’air

Dans une tribune signée le 6 juillet dans le journal américain « New York Times », 239 chercheurs appellent l’OMS à revoir ses directives...