spot_imgspot_img

Gabon : Ngoma fait le point sur la formation des filles mères démunies

La ministre de la Famille, de la Promotion de la femme en charge de la Protection de la veuve et de l’orphelin, Angélique Ngoma, a dressé à l’occasion du conseil des ministres du 5 février dernier à Libreville, un bilan de l’opération de formation des filles mères économiquement faibles sur l’ensemble du territoire national. Initiée depuis 2003, cette opération qui vise à autonomiser financièrement cette frange de la population, aura déjà permis à 2147 femmes et filles mères démunies de bénéficier d’une formation professionnelle, de trousseaux d’installation ou d’aides financières.
A l’occasion du conseil des ministres tenu le 5 février dernier à Libreville, la ministre gabonaise de la Famille chargé de la Promotion de la femme et de la Protection de la veuve et de l’orphelin, Angélique Ngoma, a dressé le bilan des initiatives d’autonomisation des filles mères démunies initiées depuis 2003.

La ministre a expliqué que ces opérations, qui ont pris diverses formes sur l’étendue du territoire national, ont déjà permis de venir en aide à 2147 femmes et filles mères économiquement faibles à travers des formations professionnelles, la fourniture de trousseaux d’installation ou d’aides financières pour le lancement d’une activité.

Ces initiatives doivent «permettre à nos compatriotes de sortir de la précarité et de se prendre en charge par l’exercice d’une activité génératrice de revenus», explique le communiqué.

Angélique Ngoma a ainsi rapporté avec satisfaction que de 2003 à 2008, 85 filles mères avaient reçu des formations qualifiantes dans les filières telles que la coiffure, la couture, la soudure, la bureautique ou encore la plomberie. Ces formations leur ont permis d’exercer une activité génératrice de revenus, de s’assumer financièrement et de sortir de leurs situations précaires.

Elle a également annoncé que de 2005 à 2007, 74 filles mères avaient reçu des équipements et des aides financières pour le lancement de leurs activités, avant d’ajouter que sur la même période, 1842 élèves des lycées et collèges en classes d’examens avaient perçu des allocations d’aide scolaires.

La ministre de la Famille a ajouté qu’en 2007, 50 femmes handicapées de plusieurs localités à travers le territoire national avaient bénéficié d’un paquet minimum d’installation destiné à renforcer leurs capacités de production dans leurs différents secteurs d’activités.

Angélique Ngoma a enfin signalé qu’en 2008, 96 filles mères de Libreville avaient été placées en formation qualifiantes dans cinq établissements différents, et qu’au terme de leur formation en 2010, elles recevraient des paquets minimum d’installation ou des aides financières pour les aides à se lancer dans leurs activités respectives.

Ces multiples initiatives initiées sur l’étendue du territoire national doivent permettre aux femmes et filles mères économiquement faible de sortir de la précarité en exerçant une activité qui leur permettra de s’assumer financièrement.

L’autonomisation de cette frange de la population participe également à développer l’activité socio économique à l’intérieur du pays, à lutter contre la pauvreté et l’exode rural et à favoriser l’épanouissement de la femme dans le milieu professionnel.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES