spot_imgspot_img

Le président de Madagascar confirme sa démission

ravalomanana.jpg
Ravalomanana

Le président malgache, Marc Ravalomanana, a confirmé sa démission dans un communiqué, mardi 17 mars. Il annonce par ailleurs avoir signé une ordonnance qui prévoit le transfert à « un directoire militaire » des fonctions « du président de la République et de celles du premier ministre ». Selon son porte-parole, c’est l’amiral Hyppolite Ramaroson, « le plus ancien dans le grade le plus élevé », qui devrait prendre la tête de l’Etat.

Mais, selon RFI, qui a contacté plusieurs chefs de l’état-major, ceux-ci ont affirmé qu’ils refuseraient de prendre le pouvoir. Un officier supérieur de l’armée a par ailleurs déclaré à l’AFP que le chef de l’opposition malgache, Andry Rajoelina, aurait refusé l’instauration d’un « directoire militaire ». Selon France 24, il se serait enfermé dans les bureaux présidentiels, investis lundi par l’armée, pour discuter avec ses proches. Il n’a encore fait aucune déclaration publique.

Les détails de cette ordonnance n’étaient pas connus dans l’immédiat, et on ignorait où se trouvait le président démissionnaire. Ces derniers jours, l’hypothèse d’un prochain départ en exil était évoquée avec insistance par plusieurs observateurs, l’essentiel de sa famille ayant déjà quitté la Grande Ile de l’océan Indien. D’après le porte-parole de la présidence, le chef d’Etat déchu a quitté sa résidence officielle des faubourgs d’Antananarivo pour une destination inconnue.

De con côté, l’Union africaine (UA) a adjuré l’armée malgache de ne pas transférer le pouvoir à l’opposition. « Si les militaires remettent le pouvoir au maire, ce ne sera pas constitutionnel », a déclaré le Gabonais Jean Ping, président de la commission de l’UA, en estimant que ce pourrait alors être considéré comme un coup d’Etat. L’UA a décidé il y a quelques années de suspendre à l’avenir les dirigeants de ses pays membres issus de coups d’Etat.

Un message d’alerte du consulat de France aux ressortissants français établis à Antananarivo indique par ailleurs : « Démission du président, risque de manifestations. Restez vigilants et évitez de circuler la nuit tombée. Andry Rajoelina, qui a mis en place depuis plusieurs jours un gouvernement parallèle, avait annoncé, un peu plus tôt, la démission de huit membres du gouvernement. La foule galvanisée d’environ 10 000 personnes avait alors scandé « Président, président ! » à l’adresse de M. Rajoelina.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES